CANNES S’ILLUMINE !

Ce 23 mai restera pour moi le jour de la présentation d’un film bouleversant, véritable coup de cœur de ce Festival de Cannes. Vers la lumière, la nouvelle réalisation de la japonaise Naomi Kawase, qui déjà en 2015 avec Les délices de Tokyo avait su me séduire, mélange à la fois beauté et profondeur et touche directement, droit au cœur !

Misako aime décrire les objets, les sentiments et le monde qui l’entoure. Son métier d’audiodescriptrice de films, c’est toute sa vie. Lors d’une projection, elle rencontre un célèbre photographe dont la vue se détériore irrémédiablement. Naissent alors des sentiments forts entre un homme qui perd la lumière et une femme qui la poursuit.

Si la célèbre phrase de St Exupéry « On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux » peut faire admirablement écho à ce qui nous est proposé dans ce Vers la lumière, une autre phrase ressort avec une certaine majesté de ce film : « Rien n’est plus beau que ce que l’on a sous les yeux et qui s’apprête à disparaître ». C’est bien ce que ressent ce photographe renommé en train de voir sa vie se plonger dans l’obscurité. Lui, cet expert et amoureux de la lumière, s’enfonce dans le noir et voit le sens de sa vie lui échapper. Et c’est là qu’il croise le chemin de cette jeune et jolie Misako qui cherche de tout son cœur à dire ce qui est invisible pour d’autre au travers de son métier. Dans le même temps, elle voit sa vie marquée par l’absence d’un père aimé dont seul quelques souvenirs restent et la maladie attaquer sa mère vieillissante.

 

 

 

 

 

 

 

Le métier de Misako, peut-être montré pour la première fois de la sorte au cinéma, et la cécité grandissante de Masaya, offrent à la réalisatrice japonaise un terrain propice pour construire un petit chef d’œuvre tout en contrastes, d’une justesse incroyable et tellement émouvant. On pendra aussi du plaisir à voir aborder avec amour et originalité photographie et cinéma comme une vraie thématique. Nous avons même le droit à une forme d’explication de ce que devrait être une analyse filmique lors d’une séance de travail avec les aveugles pour tester l’audiodescription de Misako. De même, l’utilisation d’un film dans le film donne une vraie valeur ajoutée, apportant la force d’un symbolisme supplémentaire à l’histoire, autour de la question de la perception du réel, du pouvoir de l’image.

Tout est quasi parfait, de la photo (qui joue évidemment un rôle fondamental vu le sujet) à la musique d’une délicatesse délicieuse signée par le grand Ibrahim Maalouf, de la maitrise des acteurs au scénario et jusqu’au montage. Le film n’est de plus pas trop long (ce qui est de plus en plus rare)… c’est donc pour moi un 20 sur 20 et l’espoir de le voir figurer au palmarès de la meilleure des façons. Peut-être aussi que les membres du Jury œcuménique y seront sensibles car avec cet hymne à la lumière, à l’amour, à la vie… il y a matière à rejoindre les critères particuliers de ce jury. Mais tout ça ne nous appartient pas… alors suspense encore jusqu’à la fin de ce beau Festival.

Je conclurai avec les mots de Naomi Kawase : « Sans lumière, pas de couleurs. Sans lumière, pas d’images. Sans lumière, impossible de réaliser un film. On pourrait dire que le cinéma est lumière. »

Alors merci à elle pour tant de lumière, et ce superbe film !

Sortie prévue le 20/09/2017 … Notez bien dans vos agendas !

Extrait de Vers la lumière

 

MES CÉSARS 2017

La liste des nominés aux Césars 2017 venant d’être annoncée, je vous livre, très humblement, mon palmarès personnel, qui ne sera évidemment pas le résultat final… Vous l’aurez compris, ce n’est pas un pronostic ! 

PALMARES DES Césars 2017 de Jean-Luc GADREAU

 

Meilleur film :

LES INNOCENTES produit par ERIC ALTMAYER, NICOLAS ALTMAYER, réalisé par ANNE FONTAINE

Meilleur acteur :

GASPARD ULLIEL dans « JUSTE LA FIN DU MONDE »

Meilleure actrice :

MARION COTILLARD dans « MAL DE PIERRES »

Meilleur réalisation :

FRANÇOIS OZON pour « FRANTZ »

Meilleur film étranger :

TONI ERDMANN réalisé par MAREN ADE, distribution France HAUT ET COURT DISTRIBUTION

Meilleur scénario original :

BRUNO DUMONT pour « MA LOUTE »

Meilleure musique originale :

IBRAHIM MAALOUF pour « DANS LES FORÊTS DE SIBÉRIE »

Meilleur film documentaire :

FUOCOAMMARE, PAR-DELÀ LAMPEDUSA réalisé par GIANFRANCO ROSI, produit par SERGE LALOU, CAMILLE LAEMLÉ

Meilleur premier film :

DIVINES réalisé par HOUDA BENYAMINA, produit par MARC-BENOIT CRÉANCIER

Meilleur espoir masculin :

JONAS BLOQUET dans « ELLE »

Meilleure actrice dans un second rôle :

VALERIA BRUNI TEDESCHI dans « MA LOUTE »

Meilleur son :

MARTIN BOISSAU, BENOÎT GARGONNE, JEAN-PAUL HURIER pour « FRANTZ »

Meilleur montage :

XAVIER DOLAN pour « JUSTE LA FIN DU MONDE »

Meilleure adaptation :

SÉVERINE BOSSCHEM, EMMANUELLE BERCOT pour « LA FILLE DE BREST »

Meilleure photo :

GUILLAUME DEFFONTAINES pour « MA LOUTE »

Meilleur film d’animation :

LA TORTUE ROUGE réalisé par MICHAEL DUDOK DE WIT, produit par VINCENT MARAVAL, PASCAL CAUCHETEUX

Meilleurs décors :

JÉRÉMIE D. LIGNOL pour « CHOCOLAT »

Meilleurs costumes :

ANAÏS ROMAND pour « LA DANSEUSE »

Meilleur acteur dans un second rôle :

JAMES THIERRÉE dans « CHOCOLAT »

Meilleur espoir féminin :

OULAYA AMAMRA dans « DIVINES »