CÉSAR, LUCY… MÊME COMBAT ?

Avoir vu à deux jours d’intervalle l’épisode 2 de la nouvelle saga La planète des singes : l’affrontement et le retour de Besson derrière la caméra avec Lucy me permet de vous proposer une mise en perspective de ces films. Loin de moi l’idée de partir dans une envolée philosophique mais juste d’observer quelques points communs, propositions de réflexion et sensations personnelles après avoir expérimenté ces deux moments bien agréables assis dans mon fauteuil confortable au CGR de Fontaine le Comte.

C’est d’ailleurs sans doute sur ce point précisément que commence cette mise en perspective. Voilà deux films véritablement divertissants. Au cœur d’un été où les infos du monde ne sont pas des plus rafraichissantes, pouvoir mettre en parenthèse quelques instants tout cela, se laisser porter simplement par les images, la musique, une histoire… tout en se permettant le luxe de réfléchir un peu quand même si on le veut… ça fait du bien ! Luc Besson d’ailleurs le rappelait dans une interview de son imposante promo : « Pour moi, le cinéma, c’est avant tout du divertissement ! » Alors oui, bien entendu, Besson une fois de plus a commencé et va continuer à se faire laminer par les critiques en tout genre et autres savants et philosophes du septième art, mais qu’importe après tout, il n’en a pas grand chose à faire à vrai dire.

Au cœur de ces deux histoires, il y a bien sûr la question de l’évolution. Comment l’être humain avance, progresse ou se détruit lui-même ? Une leçon très forte de ce deuxième opus de la Planète des singes nous laisse à penser que finalement, même en repartant à zéro, les mêmes causes produisent les mêmes effets. Les singes s’humanisant ne feront hélas pas mieux. La violence, l’attrait du pouvoir, la manipulation, le mensonge, la trahison sont toujours bel et bien présents et entrent inlassablement en opposition avec des restes d’amour, de fraternité, de pardon. L’affrontement finalement n’est pas forcément là où on pense, en tout cas pas juste entre hommes et singes mais en interne dans chacun des camps également. Alors une espérance active demeure, qui passe par la transmission familiale, par le rôle de la communauté, par la mémoire et la capacité à faire confiance malgré tout. Elle laisse envisager une issue favorable possible mais toujours en tension malgré tout jusque, même, dans le dernier regard de César.

Avec Lucy, cette évolution de l’être humain (qui là s’expérimente à partir d’un projet sombre de drogue de synthèse et de plus de façon accidentelle) déclenche d’avantage de sourires. Luc Besson n’y va pas dans la demi-mesure, c’est le moins que l’on puisse dire. Au travers de cette Lucy contemporaine, c’est un véritable voyage dans le temps qui nous est même un instant proposé… jusqu’ à un face à face avec la Lucy préhistorique ! On a même le droit à une réécriture de la Création d’Adam de Léonard De Vinci où Adam prend les traits de Morgan Freeman et Dieu ceux d’une Scarlett Johanssométamorphosée en Imac version 50.0 ! Et oui, quand je vous dis que la subtilité n’est pas forcément son point fort (mais une fois encore, l’objectif n’est pas là… et tout ça est plutôt drôle et bien fait !). La progression de l’humanité passerait par une capacité à utiliser d’avantage les capacités qui nous sont offertes dès le commencement. Dépasser ces fameux 10% de notre cerveau utilisés… Alors, oui, impressionnant tout ça. Perception, intelligence, rapidité, pouvoir. Je crois que rien est oublié. Et la magnifique Scarlett, déjà copieusement gâtée par la nature et par la mise en image de Besson, devient une superwoman qui ferait pâlir l’égérie féminine de DC Comics. Mais dans le même temps, tout cela est bien inquiétant quand même et pose la question de l’intérêt véritable d’une telle évolution (même sans aller jusqu’à ce qui nous est proposé au final).

Et si, finalement, la conclusion de ces deux regards cinématographiques devenait, au delà de l’importance de se détendre un peu, une invitation à réinvestir déjà nos relations humaines, nos capacités actuelles. Ni chercher à repartir à zéro, ni se projeter dans un décuplement de nos capacités (car sans doute « l’humanité n’est pas encore prête à ça » comme le souligne le magnifique Morgan Freeman), mais déjà se préoccuper de l’aujourd’hui et de notre réalité. Travailler sur nos points forts, combattre tous les extrémismes qui tendraient à prendre le pouvoir ou les pouvoirs par ruse ou manipulation façon Koba ou par instinct mafieux comme ce chef de gang de narcotrafiquants coréens… tant de boulot déjà à faire !

Notre qualité d’être humain (ou de singe) est même alors en jeu… comme le soulignera magnifiquement César à Koba : « Singe tue pas singe… mais tu n’es pas un singe ! »

Hum, hum… qui aurait cru que l’on pouvait autant réfléchir après avoir vu ces deux blockbusters ?

 

PERTE ET RÉDEMPTION

Les USA viennent de frapper fort avec deux films qui viennent se positionner comme « palmables » à cette 67ème édition du Festival de Cannes. D’un côté la rédemption d’un homme nous est racontée et de l’autre c’est, à l’inverse, une sorte de descente infernale.

Ce fut la bonne surprise de dimanche matin que ce nouveau Tommy Lee Jones, The Homesman, produit par Luc Besson. Il y a dans la vie des chemins que l’on choisit, des itinéraires calculés, réfléchis, pour lesquels on s’engage de toutes nos forces par convictions et envies. Et puis il y a aussi parfois des routes qui s’imposent à nous, sans autres détours possibles. C’est précisément ce qui se produit dans la vie de Georges Briggs (Tommy Lee Jones), un rustre vagabond. L’histoire se déroule en 1854 dans un petit village du Nebraska. Trois femmes qui viennent de perdre la raison, pour des raisons diverses sont confiées à Mary Bee Cuddy (Hillary Swank), une pionnière forte et indépendante pour qu’elles soient conduites dans l’Iowa pour y être prises en charge par une communauté Méthodiste. Peu avant de partir, Mary Bee croise Georges qu’elle sauve d’une mort imminente. Il se retrouve contraint à accepter de s’associer avec elle afin de faire face, ensemble, à la rudesse et aux dangers qui sévissent dans les vastes étendues de la Frontière.

Avec bonheur, ce chemin va devenir celui d’une rédemption contre toute attente. Le film s’attache à la transformation d’un homme et à la manière dont il devient quelqu’un de bien. C’est par la rencontre et les échanges (plus ou moins locaces et plus ou moins faciles) avec ces quatre femmes, que ce sale type va progressivement changer. Ce film évoque aussi, et c’est sans doute l’un de ses points forts, des êtres humains sincères et authentiques, dont la simplicité et la beauté deviennent particulièrement touchantes. Dans cette même idée, Hillary Swank (qui pour moi mérite pour le moment largement de recevoir le prix d’interprétation féminine), à propos de son personnage, souligne justement : « Mary Bee est une femme courageuse, qui se ne laisse jamais abattre, qui a des valeurs morales, de la rigueur et une grande confiance en l’autre. Elle n’hésite pas à dire ce qu’elle a sur le coeur et elle n’est pas du genre à faire aux autres ce qu’elle ne voudrait pas qu’on lui fasse. Ce qui me plaît bien chez elle, c’est qu’elle cherche toujours à bien se comporter, qu’elle soit dans le vrai ou pas. » Avec cette histoire, on se confronte aussi à la question de la souffrance, et à l’attitude vis à vis de ceux qui la subissent. Et même si nous sommes là évidemment dans le Middle-west dans une époque bien différente d’aujourd’hui, il n’en demeure pas moins que ce film nous permet d’y réfléchir aujourd’hui encore et de repenser peut-être certaines idées toutes-faites. La souffrance d’hier n’est plus forcément vécue pareil mais elle existe encore et encore et peut nous toucher à tout moment.

Le lendemain, c’est à dire ce matin lundi, le Théâtre Lumière de Cannes se réveillait avec la projection de Foxcatcher, un film de Bennett Miller avec Steve Carell, Channing Tatum et Mark Buffalo. Comme à son habitude, Miller s’inspire d’une histoire vraie, celle tragique et fascinante du milliardaire américain excentrique John Éleuthère du Pont (Steve Carell) et des deux frères champions du monde de lutte, Mark (Channing Tatum) et Dave Schultz (Mark Ruffalo). Là, pas de rédemption donc, mais au contraire une sorte de réécriture de la damnation de Faust, ou comment un homme peut se retrouver manipulé, enchainé et entrainé vers sa chute alors qu’il cherchait au contraire liberté et succès mais aveuglé par ce qui frappe les regards. Foxcatcher c’est aussi un récit sur ce que le pouvoir et l’orgueil peuvent engendrer chez un homme qui petit à petit se croit au dessus de tout, et où plus de limites ne s’imposent à lui.

Côté acteurs, il est important de souligner la performance de Steve Carell dans un rôle de composition, tellement hors de son registre habituel. Et même si parfois, là encore, il peut nous faire sourire par quelques répliques joliment trouvées, le drame qui se joue au travers de son personnage prend sans doute toute son ampleur par la qualité de sa prestation.

Deux films que j’espère donc retrouver samedi soir dans le palmarès du Festival, et que je ne saurai trop vous recommander d’aller voir. The Homesman est d’ailleurs déjà dans les salles françaises et Foxcatcher est lui annoncé pour le mois de novembre.