Keylor Navas… Grâce à Dieu !

On se souviendra longtemps des nouveaux exploits du phénoménal gardien de but costaricien du Paris St Germain, Keylor Navas, un sportif marqué par la grâce, en ce mercredi 10 mars 2021. Il a été clairement somptueux dans un match au Parc des Princes où le PSG n’a pas brillé mais assuré l’essentiel, une nouvelle qualification en quart de finale de finale de Champions League face au Barça, qu’ils avaient humilié lors du match aller au Camp Nou sur le score de 1-4.

Auteur de neuf arrêts, Navas a été déterminant permettant aux Parisiens de préserver le nul contre le FC Barcelone (1-1) mercredi soir. Trois parades face à Dembélé (11e, 19e, 35e), un sauvetage divin face à Dest (21e) puis deux sur des tirs de Busquets (42e, 62e) sans oublier évidemment l’arrêt incroyable du penalty de la star argentine du Barça Lionel Messi (45e+1), viennent résumer la prestation de celui qui est devennu le héros parisien de ce match. Les réactions sont unanimes pour saluer l’homme en vert. Ses partenaires tout d’abord, comme le capitaine Marquinhos « Il faut savoir tenir dans les moments difficiles. C’est ce que nous avons su faire. Avec l’aide de notre grand gardien qui a fait la différence », ou par les mots de Marco Verratti replaçant le joueur dans une carrière déjà remarquable « Keylor a montré ça plusieurs fois dans sa carrière, il a gagné trois Ligues des champions avec le Real Madrid. Ce soir, il a démontré que c’est un grand gardien. On est heureux de l’avoir ici à Paris ». Le nouvel entraîneur du PSG Mauricio Pochettino, pour sa part, précise qu’« Il a démontré une fois encore toutes ses qualités et rappelé qu’il était un top gardien mondial. ». Même du côté catalan, pourtant sous le coup de cette première élimination à ce stade de la compétition depuis quatorze ans, les éloges étaient de rigueur. Et quant à Navas, c’est avec humilité et bienveillance qu’il se positionne : « Je suis très content. Merci à Dieu ! C’était un match difficile. Le pénalty ? C’est toujours difficile, surtout face à Messi. Grâce à Dieu, je suis resté concentré et ça nous donne beaucoup de joie à tous. Ce penalty est pour Sergio Rico (le second gardien de l’équipe, qui vient de perdre son père) et sa famille. Il a tout mon soutien.« 

« Grâce à Dieu ! »… L’expression n’est pas une simple forme de langage. Elle reflète des convictions et un engagement spirituel qui colle au portier parisien. Un homme de foi en sommes en plus d’être une star du ballon rond, qui vient s’inscrire dans la lignée de plusieurs joueurs du PSG depuis quelques années comme le brésilien Marcos Ceara. Tout récemment, dans une interview au journal espagnol El Pais sur l’importance de l’équilibre et de la force mentale, il a témoigné très précisément de sa foi chrétienne : « Pour moi, être capable d’être toujours en communication avec Dieu est ce qui me donne beaucoup de paix. Savoir ce que la Bible me dit est très important et j’essaie de la suivre. Je sais que je suis humain et que je fais beaucoup d’erreurs, mais Jésus m’a appris qu’il faut être humble quelle que soit la position dans laquelle on se trouve, que tout ça ne veut pas dire grand-chose. J’essaie de trouver de la stabilité pour pouvoir profiter des bons moments, tout en sachant que cela ne fait pas de moi quelqu’un de plus que les autres. J’essaie de rester calme et de ne pas laisser ces succès me monter à la tête. Et dans les moments difficiles, c’est la même chose : Dieu me donne la force de savoir que j’ai le talent qu’il m’a donné, que j’ai ces qualités et ces dons pour pouvoir me relever de cette situation. »

Le joueur de football est connu pour avoir toujours été ouvert sur sa foi chrétienne et sur l’importance de la Bible et de la prière. Même si, pour lui, la foi est une forme d’héritage familial, avoir une relation personnelle avec Dieu, pouvoir lui parler, le prier et sentir sa présence au quotidien… est venu plus tard et cela a été la plus belle chose qui lui soit arrivée, aime-t-il dire, « cela a changé ma vie. Ça a rempli le vide dans mon cœur. C’est pourquoi je suis si reconnaissant ». Une foi chrétienne que Navas ne considère pas comme juste intellectuelle, mais qui influe pleinement sur sa manière de considérer son chemin de vie. « Le Christ me donne la sagesse, un esprit paisible et un cœur fort pour lutter dans les moments difficiles, et pour ne pas devenir fou, pour garder les pieds sur terre et être humble dans les moments de bénédiction et de bonheur ». Conscient des responsabilités qui sont les siennes en tant que footballeur de premier rang, il revendique que Dieu est celui qui l’aide à bien réfléchir à chaque décision de sa vie, « pour être sûr qu’elle m’édifie. Il y a beaucoup d’enfants et de jeunes qui me suivent, et je veux leur donner un bon exemple ».

L’article d’El Pais est l’occasion d’avoir des nouvelles fraîches du vécu du gardien costaricien dans son club parisien, sur cette dimension spirituelle. Il nous apprend ainsi qu’il a pu, à l’instar de Ceara à son époque, démarrer un groupe de type évangélique dans lequel se vivent des temps d’études bibliques et de prière à une dizaine de personnes. « Cela nous aide à toujours garder cette relation personnelle avec Dieu, ce qui est le plus important pour moi, et toujours essayer d’aider les autres, afin qu’ils puissent avoir cette relation avec Lui » précise Keylor Navas. Et d’ajouter que deux textes de la Bible sont pour lui particulièrement parlant dans son contexte de star du ballon rond. Des versets situés tous deux dans l’épitre aux Galates « Alors, est-ce que je cherche à être d’accord avec les hommes ou avec Dieu ? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes ? Si je voulais encore plaire aux hommes, je ne serais plus serviteur du Christ. » (Gal. 1.10) et «  Voici ce que l’Esprit Saint produit : amour, joie, paix, patience, bonté, service, confiance dans les autres, douceur, maîtrise de soi. » (Gal. 5.22-23). « Je pense que ce sont des choses que nous devrions tous avoir. C’est difficile, mais j’essaie de me baser sur cela pour avoir la paix de l’esprit et la maîtrise de soi », a déclaré Keylor. Un joli programme en effet, gage d’un témoignage hélas trop atypique chez bien des artistes du stade, et même parmi ceux qui, également, témoignent de leurs convictions de croyants.

 

 

LE RACHAT DE L’OM VU PAR UN SUPPORTER DU PSG

Ce texte est la version intégrale d’un billet d’humeur enregistré pour la matinale radio du réseau PHARE FM, dans la rubrique « Grain de Poivre ». On m’a demandé de réagir au rachat de l’Olympique de Marseille, en tant que supporter du PSG.

artspiin-sport-1

Une grande nouvelle est tombée lundi concernant l’avenir de l’OM ?

Ahhhhh enfin, avant tout, précisons que c’est encore une sardine qui a bouché le port de Marseille cette affaire de rachat de l’OM depuis quelques jours ! Alors, j’irai droit au but, pour reprendre le célèbre slogan, mais en reprenant quand même le déroulé de cette fabuleuse aventure.

Et oui, la semaine passée, des médias nous annoncent l’arrivée certaine et imminente de Gérard Lopez, l’ancien président de l’écurie de Formule 1 Lotus F1 Team et homme d’affaires luxembourgeois… qui, comme le Père Noël déphasé dans son agenda serait arrivé trop tôt sur la Canebière, sans passer par aucune case cheminée bien sûr, mais chargé quand même d’une valise toujours bien remplie à l’OM et là en particulier de 400 millions – tant qu’à faire – marquant aussi le retour du Messi… enfin plus précisément du coach Bielsa je veux dire, l’homme qui signe de la pointe de sa glacière avant de filer de façon rocambolesque vers d’autres horizons… et également de 6 joueurs de renom mais dont on ne connaîtra précisément aucun nom.

Enfin tout ça pour rien, si ce n’est quand même, pour s’amuser et occuper le petit monde footballistique et les supporters du PSG en particulier.

Mais donc lundi, le long feuilleton du rachat de l’OM rend enfin son verdict ?

Mais oui… la jolie veuve blonde tant détestée des marseillais, au doux prénom d’un cocktail se voulant l’harmonieux mélange de saveurs sucrées, acides et amères – mais qui aurait abusé semble-t-il outrageusement des deux dernières… mais je m’égare… donc Margarita Louis Dreyfus vient de céder l’Olympique de Marseille à Frank McCourt, un homme d’affaires américain.

artspiin-sport-2

Avant d’aller plus loin, permettez-moi une remarque sur cette tirade émouvante signée Margarita Bogdanova – oui oui je vous assure c’est bien son nom de jeune fille même si son menton ne l’atteste pas véritablement. Donc, à l’issue de la présentation aux médias de Frank McCourt, Margarita s’est montrée émue face aux caméras et là, je la cite : « Nous sommes tristes, mais ma priorité a toujours été le club. Et pour le club, c’est ce qu’il y a de mieux » a confié la future ex-propriétaire.

Mais moi je dis qu’elle a raté sa carrière et que maintenant c’est dans le cinéma que Margarita devrait investir !

Bon mais Jean-Luc, ce qui nous intéresse c’est le rachat de l’OM… qu’en pensez vous et qui est ce Franck McCourt ?

Oui désolé… quand on part sur l’OM, il y a tellement d’anecdotes croustillantes que je me perds rapidement avec des futilités. La bonne nouvelle, en particulier pour les marseillais, c’est que justement le cocktail Margarita est arrivé en fin de verre… enfin si c’était un café, il resterait quand même un peu de marc au fond de la tasse, car, quand même, la famille conservera 5% des parts pour son fils Kyril, supporter inconditionnel de l’équipe, parait-il… et vous imaginez quand même que ça lui permettra d’avoir un abonnement gratuit pour la saison au Vélodrome, et ça ça n’a pas de prix, même pour un fils de milliardaire… mais bon, passons !

Donc Margarita s’en va… mais le Franck Mc Court qui arrive, et bien c’est du lourd !!! Ou la la… un businessman américain plein aux as… qui a été surtout l’ancien propriétaire de la franchise de baseball des Los Angeles Dodgers qu’il a détenue de 2004 à 2012… et avec laquelle il occupe, élu par la méga chaine de sport ESPN, la deuxième place du Top 10 des pires propriétaires de l’histoire de la MLB – la ligue nord-américaine de baseball. Ils sont forts ces marseillais… Fallait quand même le trouver le Yankee, d’ailleurs là-bas on en rigole encore.

Et puis question magouilles, alors lui aussi a sa valise bien remplie, et ça déborde terriblement ! Ce n’est pas pour rien que notre expert hexagonal en football, M. Pierre Menes l’a qualifié de « dangereux escroc ».

Bon le truc sympa dans l’histoire, c’est que mon fil twitter bien fourni en comptes aux couleurs du plus grand club de France et l’un des meilleurs clubs du monde… je parle du PSG bien sur Monsieur McCourt, faut-il le préciser… a pu s’animer allègrement depuis lundi et parfois prendre des allures de grand carnaval tant l’histoire est drôle… et permet en outre de nous faire oublier la vilaine défaite contre la principauté dimanche soir… mais ça je le dis plus doucement… faudrait pas que ça se remarque de trop.

Vous y allez un peu fort quand même ?

Bon j’avoue. Il y a un peut-être un peu de mauvaise foi dans tout ça… ou du moins surtout une sorte de contamination « d’exagération marseillaise »… c’est au moins quelque chose qu’ils savent faire me direz-vous, à défaut de marquer des buts et de gagner des matchs… oupppsss ça y est, je recommence… enfin de la foi, une chose est certaine… il en faudra beaucoup pour tous les supporters bleu ciel et blanc encore cette saison plus habitués à regarder en arrière et vivre dans le passé, à fantasmer encore et encore sur LE trophée qui a marqué un jour l’histoire du club mais oubliant que l’histoire continue… enfin pour les autres surtout mais plus vraiment pour eux !

En tout cas, pauvres « fadas de supporters »… ils n’ont pas fini de voir leurs nerfs mis à rude épreuve, et l’on risque fort de bien s’amuser à regarder tout ça… surtout depuis Paris !

Si amusant que cela ?

Ah, je vois ce que vous laissez sous-entendre… En effet, non, pas vraiment ! Plus sérieusement, tout cela peut nous laisser songeur sur un certain nombre de valeurs éthiques qui devraient être adossées au sport. Affaires après affaires, et les derniers JO n’ont pas fait défaut non plus, on ne peut que constater et s’attrister que tout cela n’est plus du tout qu’un simple jeu et l’occasion de favoriser le meilleur de l’homme… Bon mais là en tant que supporter parisien, il vaut peut être mieux ne pas aller plus loin sur le sujet car ça deviendrait très compliqué !

Un dernier mot quand même ?

Allez va… sans rancune… et pour être sincère totalement, je dirai : Good luck master MacCourt ! Car on a quand même terriblement besoin d’un OM qui tienne la route pour avoir des classicos qui en valent la peine et redonner un peu de peps à une Ligue 1 qui en manque souvent terriblement, foi de parisien !

LA VERSION AUDIO diffusée sur Phare FM (version courte de 4′)