THE PLACE TO SEE

C’est l’un des films les plus attendus de ce début d’année pour ceux qui suivent de près les sorties cinéma. Après le joli succès de Perfetti sconosciuti en 2016 (qui a donné un remake français, Le jeu, par Fred Cavayé), le réalisateur italien Paolo Genovese était en mesure de faire quelque chose d’audacieux et c’est précisément ce qu’il a fait, sortant de son chapeau un film ambitieux et métaphorique, dans lequel il laisse pour la première fois vraiment la comédie de côté. The Place (ou Café Roma) est un film de dialogue, un huis-clos conceptuel où le suspens règne en maître, qui pose au public une question unique mais fondamentale : jusqu’où iriez-vous pour obtenir ce que vous voulez ?

 

Synopsis : Un homme mystérieux, assis à la même table d’un café, reçoit la visite de dix hommes et femmes qui entrent et sortent à toute heure de la journée pour le rencontrer et se confier. Il a la réputation d’exaucer le vœu de chacun en échange d’un défi à relever. Tous se précipitent à sa rencontre. Jusqu’où iront-ils pour réaliser leurs désirs ?

L’homme assis dans ce bar, jour et nuit, donne des tâches aux personnes qui se tournent vers lui pour obtenir l’objet de leurs désirs les plus forts, en signant avec eux un véritable contrat. Devenir plus belle, passer une nuit avec une star du porno, sauver un fils, retrouver la vue, retrouver Dieu, ne sont que quelques-uns des vœux que les différents personnages du film révèlent à l’homme assis toujours à la même table de ce café, au nom éclairé de rouge au-dessus de la vitrine : The place. « C’est faisable », répond-il en écrivant rapidement dans son grand agenda, rempli de notes dans chaque coin de chaque page. Mais il y a un prix à payer. Un prix très élevé dans certains cas : voler une grosse somme d’argent, mettre une bombe dans une pièce, violer une femme… Les règles sont simples : vous faites ce qu’on vous dit et vous obtenez ce que vous voulez. Si vous ne le faites pas, votre souhait restera un rêve. Aucune règle ne peut être changée, quelles que soient les circonstances, aussi dure, inhumaine et affreuse qu’elle puisse être. Il leur appartiendra donc de décider d’accepter ou non le deal. Chaque histoire est la pièce d’un puzzle qui se met en place au fil des dialogues. Et chaque nouvelle pièce donne au spectateur une vue plus globale sur l’ensemble et l’éclaire sur le rôle de l’homme dans le bar.

Le film de Genovese est une adaptation d’une série télévisée américaine de 2010, The Booth at the End. Si le film se cantonne quasiment exclusivement à l’intérieur du café (hormis quelques plans de coupe qui ne vont pas plus loin que montrer la devanture de la boutique et l’entrée des clients), le réalisateur fait varier les plans le plus possible, en filmant les acteurs sous tous les angles. Genovese confirme ici qu’il est un metteur en scène courageux à la recherche de nouveaux territoires, et comme dans Perfetti sconosciuti, il pousse le public à questionner les choses, nous renvoyant chez nous avec un dilemme en tête : que ferais-je moi-même dans leurs situations ? La réussite du film réside alors dans sa narration : le choix unique de se cantonner aux face-à-face entre l’homme mystérieux et les différents protagonistes. Les acteurs sont par là même remarquables puisqu’ils arrivent à faire vivre l’histoire alors même que le décor ne change pas. Il faut remarquer à ce titre l’interprétation de Valerio Mastandrea qui incarne avec brio l’homme mystérieux. Cette unicité de lieu met d’ailleurs en exergue toute la tension qui repose uniquement sur la suggestion plutôt que sur la démonstration. Voir les personnages raconter les détails de leurs missions ainsi que leurs hésitations a d’autant plus d’impact que si le réalisateur avait choisi de déplacer l’action en dehors du restaurant. Il n’y a rien de plus angoissant que l’imagination…

The Place est ce que l’on appelle un film choral richement soutenu par une belle brochette d’interprètes. Parmi les vedettes figurent Marco Giallini, Alba Rohrwacher, Rocco Papaleo, Vittoria Puccini, Vinicio Marchioni, Alessandro Borghi, Silvio Muccino, Silvia d’Amico, Giulia Lazzarini, avec la superbe Sabrina Ferilli comme serveuse du bar, qui, lorsque les portes du café ferment et le nettoyage commence, cherche à comprendre qui est vraiment l’homme mystérieux qui semble trouver ses réponses dans le livre qu’il tient ? Très vite on se pose mille et une questions : est-il envoyé par le diable ou l’est-il plus simplement ? Est-ce au contraire Dieu venu pour tester les humains ? Est-ce un ange ? Plus simplement peut-être une représentation de notre conscience ou du regard de l’autre ? Nos hypothèses ne peuvent sans doute que puiser dans le mystique tant cet homme est étonnant. Inutile de mentionner que ceux qui tiennent leur gage voient leur rêve se réaliser… Une chose est sûre puisqu’elle vient de la bouche même de l’intéressé, cet homme « nourrit les monstres » qui se présentent devant lui ou se cachent plutôt à l’intérieur de ceux qui sont là, assis à la table du bar. Car The Place révèle et bouscule clairement les  »âmes noires » qui vivent – peut-être – tapies en chacun de nous. Cette réplique, aussi puissante que troublante, résume à elle seule la série : un petit bijou scénaristique qui met en scène le visage le plus triste de l’humanité tout en distillant par ci par là des petits interstices d’espoir qui tend à faire penser que des gens bons subsistent encore dans ce monde.

 

En effet, si le sujet semble difficile, inquiétant sur le papier, l’histoire elle-même est absolument remarquable, délicieuse et finalement assez réconfortante. Elle provoque en tout cas de profondes interrogations et offre, sans doute, la possibilité de commencer à s’aimer soi-même, à apprécier qui l’on est et à expliquer pourquoi aucune étape n’est nécessairement nécessaire pour paraître spéciale alors que nous le sommes tous déjà à notre façon. Dans ce film, chaque personnage est confronté à sa peur, à sa plus grande menace et est capable d’identifier en lui des qualités comme la dignité humaine, la compassion, l’acceptation, la patience, le sens de la famille ou de l’amour plus largement…

Un vrai coup de cœur, que je vous recommande très chaleureusement !

DU ZAPPING À LA RENCONTRE

À l’occasion des conférences de Carême 2018 diffusées sur France Culture, le pasteur Laurent Schlumberger a proposé un travail autour de la question de la mobilité, maître-mot de notre monde globalisé comme l’exprime l’auteur en ouverture de ses interventions. Les Éditions Olivetan prolonge ces moments de radio en publiant le texte, agrémenté de quelques ajustements minimaux, mais privilégiant les tournures orales liées au mode de transmission initiale. Au final, un livre d’une centaine de pages, qui se lit extrêmement facilement et en tout temps qui offre une belle analyse et ouvre à une réflexion pertinente et universelle.

artspiin-culture-2018

Nous sommes, et nous devons être, de plus en plus mobiles dans l’espace, le temps, les cultures et jusque dans nos modes de vie et nos représentations. Les mobilités marquent toujours plus profondément nos vies personnelles et collectives. Porteuses de promesses, elles suscitent aussi des détresses : précarité, épuisement, perte de repère et de sens… La Bible nous parle en chacune de ses pages de déplacements de toutes natures. Elle est une invitation permanente à sortir de soi et à se mettre en route. Plus encore, elle présente un Dieu qui, contrairement aux images que nous nous faisons de lui, est toujours en mouvement, toujours à notre recherche, toujours désireux de nous rencontrer. Tel est son seul mobile. Et si la Bible nous aidait à passer du zapping anxiogène à la vraie rencontre, salutaire ?

Il y a une vraie progression intelligente et logique dans le processus d’avancement que propose ici Laurent Schlumberger. Car si la mobilité est le cœur du sujet, elle se retrouve aussi dans le mode d’écriture de l’auteur. Nous sommes comme accompagnés avec bienveillance, pris par la main dans la réflexion, parfois légèrement bousculés… pour nous conduire finalement vers un objectif existentiel fondamental qui peut se résumer à cette question : « Vivre, pour qui ? » conduisant elle-même à considérer la rencontre comme une finalité joyeuse et nécessaire.

Il est aussi intéressant de noter que dans son approche de la mobilité, Laurent Schlumberger ne se contente pas d’évoquer le changement de lieu. Une déclinaison s’opère sur le même principe dans toutes les sphères de l’humain dessinant un large spectre des aspects de nos mobilités. Dans l’espace bien évidement, mais aussi dans le temps, dans la culture et plus globalement dans l’existence avec, à chaque fois, un impact réel sur notre façon de vivre et notre manière de regarder l’autre. Une sensation d’accélération peut nous apparaitre dans notre époque présente mais Laurent Schlumberger jongle avec les périodes de l’histoire, montrant ainsi que ces enjeux dépassent largement cette contemporanéité qui nous marque forcément davantage. Il puise d’ailleurs abondamment dans l’histoire biblique des exemples et des enseignements marquants sur la nature même de Dieu et sur ce que cela peut impliquer pour nous.

artspiin-culture-2018

Enfin, si ces conférences ont été réfléchies dans cette période de Carême, comme un chemin vers Pâques, un cheminement tranquille offrant la possibilité d’une transformation, d’une métamorphose, nous orientant aussi vers l’invitation à la rencontre, la lecture de ce livre peut aussi s’adapter à merveille à la période estivale, me semble-t-il. Moments souvent marqués par une forme de rupture, notamment dans nos plannings surchargés, ouvrant ainsi la porte à une autre forme de mobilité personnelle qu’elle soit intérieure ou pleinement vécue dans le voyage et le changement simple de paradigme du quotidien.

« Du zapping à la rencontre »

Mobilités contemporaines et mobile de Dieu

Laurent Schlumberger – Éditions Olivetan

HARVEY IRMA… LE JUGEMENT DE DIEU ?

Je vous propose ici l’article-témoignage de Kerry Lee sur son blog http://bitesizedexegesis.com et dans la revue américaine RELEVANT.

Article traduit et publié avec la permission de l’auteur.

———————————————————————————-

Les ouragans Harvey et Irma sont-ils le jugement de Dieu ? Pas forcément de la façon dont nous l’imaginons…

Au cours des dernières semaines, les tempêtes ont ravagé des parties du Texas, de la Floride, du Sud-Est des État-Unis, des Antilles… Chaque fois que de telles catastrophes naturelles se produisent, les questions sur Dieu et sa nature apparaissent invariablement.

Lorsque l’ouragan Katrina a frappé la Nouvelle-Orléans en août 2005, j’ai vu deux messages très différents sortir de la bouche des leaders chrétiens. Tout d’abord, il y avait ceux qui ont dit : « Katrina est le jugement de Dieu pour les péchés de la Nouvelle-Orléans. » Deuxièmement, il y avait ceux qui ont répondu : « Non, c’est faux ! Dieu ne fait pas ça. » Honnêtement, je n’ai pas aimé ces deux points de vue. Je n’ai pas aimé le premier parce qu’il avait une forme d’auto-justification condamnante… Dieu les juge parce qu’ils sont pécheurs, contrairement à nous. Instinctivement, j’ai été choqué par cette idée. En même temps, cependant, je n’étais pas satisfait de la réponse habituelle mais simpliste : « Katrina n’est pas le jugement de Dieu sur la Nouvelle-Orléans parce que Dieu ne fait pas cela. Dieu aime les gens. » Pouvons-nous exclure automatiquement tout lien entre les catastrophes naturelles et le jugement de Dieu envers l’humanité ?

Du début de la Bible jusqu’à la fin, les catastrophes naturelles sont en fait l’une des façons dont le jugement de Dieu sur l’humanité se manifeste. Du Déluge au temps de Noé aux fléaux d’Égypte, mais en pensant aussi aux prédictions prophétiques de la lune qui prend la couleur rouge sang ou du soleil qui s’obscurcit (et toutes sortes d’autres phénomènes naturels catastrophiques), les auteurs de la Bible ont compris que Dieu pouvait utiliser les phénomènes naturels (en plus de phénomènes sociologiques, économiques et politiques) afin de juger l’humanité. Éliminer de manière simpliste toute connexion possible entre une catastrophe naturelle et une intention de jugement de la part de Dieu conduit à ignorer beaucoup de passages bibliques.

Alors, qu’en est-il dans notre situation présente ? Peut-on donc voir en l’ouragan Katrina le jugement de Dieu ou non ? Et quid de Harvey ou Irma ?

1.   NATURE ET JUGEMENT DIVIN

Les deux réponses aux ouragans avaient, à la base, une compréhension particulière du jugement de Dieu, à savoir que le jugement de Dieu est essentiellement ce que Dieu fait quand il est tellement fatigué du péché humain qu’il ne peut plus le supporter. L’image d’un dieu qui a de la patience, mais qui, avec le temps, commence à serrer sa mâchoire, son visage commence à devenir rouge et il développe alors des signes de nervosité manifestes. Enfin, il lève les mains en l’air et, avec un cri affreux et une rage incontrôlée, frappe d’un coup de fouet les créatures terrestres qui l’ont offensé et les punit d’un cyclone, tremblement de terre, tsunami, tornade ou toute autre chose du même acabit.

Mais ce n’est pas l’image biblique du jugement divin. Tout d’abord et surtout, nous devons comprendre que lorsque Dieu juge, il y a toujours un but constructif. Dieu ne juge jamais juste parce qu’il est submergé par la rage face au péché, perdant tout contrôle. En fait, un tel acte de punition ne serait même pas réellement qualifié de « jugement » au sens biblique. Le jugement n’est pas identique à la punition ou à la condamnation. Il peut inclure le châtiment, mais le jugement biblique est un concept beaucoup plus grand et, j’oserai dire, beaucoup plus glorieux.

Alors, qu’est ce que le « jugement » au sens biblique ?

Le jugement est un discernement. C’est la séparation et la distinction : la séparation ou la distinction de la lumière de l’obscurité, le jour de la nuit, le bien du mal, les moutons des chèvres, le blé de l’ivraie. Il y a une volonté initiale divine de mettre de l’ordre au milieu du chaos et donc par là même, un prolongement de l’acte de création (Dieu a séparé les ténèbres de la lumière, Il a séparé les eaux ci-dessus des eaux situées ci-dessous, Il a séparé les terres sèches des mers).

C’est aussi un acte d’investigation, mettant en évidence les choses qui sont cachées afin que le mal soit clairement vu comme mal et le bien soit clairement bien. C’est la purification… ce qui peut être racheté de ce qui doit disparaître. En fin de compte, une fois que tout est rendu clair par le jugement de Dieu, la justice de Dieu contre l’injustice du monde devient manifestement et indéniablement évidente, alors que ce qui ne peut ou ne sera pas racheté pour son but est détruit. La façon précise de régler ces choses n’est finalement pas tellement intéressante, mais la Bible en parle dans un langage fort et avec des images terrifiantes. Et contrairement à ce que de nombreux enseignants chrétiens populaires pourraient penser, l’intention principale de ce langage fort et de ces images terrifiantes n’est pas de vous conduire à vous repentir. C’est pour vous réconforter et pour exprimer cette conviction que Dieu est un dieu juste qui, quoique inimaginablement patient, ne laissera pas le mal persister indéfiniment. Dieu s’occupera du mal non pas parce qu’il est un Dieu fâché et vindicatif, mais précisément parce qu’il est un Dieu bon et aimant.

La bonne version de notre question originale serait donc la suivante : Au travers des catastrophes naturelles, Dieu est-il en train de juger l’humanité ?

Absolument, parce qu’il est toujours en train de juger l’humanité, si on entend par « juger » ce sens précis et biblique. Le péché qui est caché dans nos cœurs ne peut être traité tant qu’il reste caché sous des couches de rationalisation et d’illusion. Donc, Dieu utilise des choses comme les ouragans Harvey et Irma pour nous juger, déterrer ces sentiments, préjugés et idées malsaines que nous avons enterrés profondément en nous afin que nous puissions les affronter et nous repentir. Si nous sommes brisés devant Dieu et réceptifs à ce processus, il s’avère que le jugement de Dieu est réellement pour notre bénéfice.

2.   DEUX MANIÈRES QUE DIEU UTILISE POUR ME JUGER AU-TRAVERS D’HARVEY

Nous sommes juste après le passage d’Harvey, et je me trouve face à cette question : Dieu nous a-t-il jugé au travers de la tempête ? En un sens, oui. Pas nécessairement pour nous punir donc, pas pour nous condamner, mais pour nous juger. Comme quelqu’un qui a vécu Harvey dans la région de Houston, permettez-moi d’illustrer cela en décrivant comment je pense que Dieu m’a jugé en utilisant la tempête.

a- Ce sentiment d’avoir été confronté à mon attachement aux biens matériels

Au fur et à mesure que la tempête approchait, nous ne savions pas si nous serions inondés ici à Crosby et, si oui, alors à quel point ? Ensuite, nous avons commencé à voir des rapports d’inondations importantes dans les régions ouest et sud-ouest de Houston, plusieurs mètres d’eau qui ruineraient tout le bas d’un bâtiment (au moins). Et j’ai commencé à essayer de déterminer la quantité de choses que je pourrais mettre dans ma voiture si nous devions évacuer.

Les principales choses que je possède et que je considère comme extrêmement utiles, sont mes livres et les données sur mes ordinateurs. En ce qui concerne les livres, je ne parle pas seulement d’un tas de romans de poche que vous pourriez remplacer pour un euro chacun chez un bouquiniste. Je parle de livres qui pourraient valoir beaucoup plus, voire des livres irremplaçables. Et essayer alors de comprendre comment je pourrais les sauver m’a causé beaucoup de stress.

Honnêtement, j’aurais été tenté de faire quelque chose de stupide, de trouver des excuses pour risquer ma vie, afin de préserver ces choses matérielles que j’apprécie tellement. Je ne dis pas que posséder ces livres soit un péché ou qu’ils forment une barrière entre moi et Dieu. Mais à travers la tempête, je me suis rendu compte de l’attachement auquel j’étais vraiment confronté, et je dois me demander si ce n’est pas excessif.

b- Ce sentiment d’avoir été confronté à ma faible capacité à aimer les gens.

Ce que je veux dire ici c’est que la dévastation et la souffrance que j’ai pu observer par lesquelles les gens passaient et allaient passer au cours des prochaines semaines mois m’avait très vite accablé. Je pense qu’en tant que chrétien, je suis appelé à souffrir avec le monde et à proclamer l’Évangile de Jésus-Christ dans cette souffrance.

Mais pendant la tempête, alors que j’ai essayé de saisir la portée de cette dévastation et de cette souffrance, je me suis retrouvé à la limite de ma capacité à étendre mes préoccupations aux gens beaucoup plus rapidement que j’aurais aimé, et dans ces moments je me suis retrouvé réfléchissant vers l’arrière et cherchant à me distraire par d’autres choses : un livre, un jeu vidéo, un autre passe-temps, juste pour m’empêcher de me préoccuper trop de cette souffrance. Je n’envisageais pas de moyens de sortir pour aider les gens une fois que la tempête serait finie. J’étais reconnaissant de ne pas être touché.

Si vous réfléchissez aux événements de ces dernières semaines, avec les Ouragans Harvey, Irma et Maria, avec le tremblement de terre au Mexique, les incendies au Montana, à Washington, en Oregon et en Californie, je suis sûr que vous pouvez observer comment ces événements vous ont confronté à vos faiblesses et à vos limites, que vous viviez dans une zone touchée ou non. Ce n’est pas une condamnation télévisée de la morale de cette ville ou de telle chose en particulier, mais c’est une autre sorte de jugement. Car oui, c’est bien Dieu qui nous juge différemment au-travers de ces catastrophes naturelles.

La bonne nouvelle dans tout ça c’est que ce jugement n’est pas une condamnation. Ce n’est pas un châtiment. C’est une opportunité. Dieu nous a jugé afin que nous puissions, d’une manière nouvelle et excitante, connaître son cœur et le nôtre.

 

KERRY LEE

pasteur adjoint d’une petite Église dans la région du Grand Houston, professeur adjoint en ligne d’Ancien Testament avec Fuller Theological Seminary, et spécialiste de l’Ancien Testament

http://bitesizedexegesis.com

RETOUR À LA CABANE

La Cabane est d’abord et avant tout un roman écrit par le canadien William P Young qui, incroyablement pour un livre à thématique chrétienne, est devenu un best-seller assez phénoménal. C’est ainsi, par exemple, qu’il resta sur la liste des best-sellers du New York Times pendant 70 semaines. On peut considérer qu’il est même devenu une sorte de phénomène publicitaire avec des croyants achetant des dizaines d’exemplaires pour les offrir. Publié dans 40 langues et vendu à 22 millions d’exemplaires, il était inévitable qu’un jour La Cabane finisse sur grand écran… Le moment est arrivé, bien que le grand écran se réduise à une sortie DVD dans plusieurs pays dont la France.

Le film, très bien interprété, a un casting plutôt classe avec notamment Sam Worthington (le héros d’Avatar ou, plus récemment l’un des acteurs principaux de Tu ne tueras point) et la géniale Octavia Spencer (oscarisée pour La couleur des sentiments, où plus récemment l’une des Figures de l’ombre). Le film reprend globalement le roman avec quelques adaptations, racontant l’histoire de Mack dont la fille de huit ans est enlevée et assassinée. Cette tragédie l’éteint émotionnellement et cause de nouvelles souffrances dans la famille. Puis, un jour où sa famille est absente, il est invité à rencontrer Dieu dans « la cabane » où la robe sanglante de sa fille avait été retrouvée après son enlèvement. Le reste du film raconte la rencontre de Mack et sa discussion avec Dieu en particulier sur la nature du mal et sur le pardon.

C’est sans doute là, d’ailleurs, sur ces thématiques du pardon, de la guérison intérieure, de notre rapport au mal ou encore des récriminations que nous pouvons faire à Dieu que se situent les vrais intérêts du film. Il devient un excellent support de discussion, de débat. On peut aisément imaginer une utilisation en groupe de jeunes ou même avec des amis pour aborder ces questions difficiles. Autres sujets passionnants que le ciel, l’enfer et le salut et la façon dont nous voyons/imaginons Dieu, comment notre spiritualité, notre piété peut être directement affectée par ces images personnelles. Et là encore, La Cabane peut stimuler la discussion avec des ouvertures multiples et très intéressantes. On pourra souligner justement que les opinions sur ces questions théologiques peuvent diverger, et parfois violemment. Le livre avait déjà à sa sortie susciter de vives critiques de certains milieux évangéliques. Mais, en même temps, pourquoi ne pas y voir là matière à réflexion et support pour confronter avec bienveillance ces opinions. Sur tous ces aspects, comme le livre le permettait déjà, le film sera sans doute d’une grande utilité avec l’avantage de pouvoir être regardé collectivement.

Et puis s’ajoute inévitablement l’aspect émotionnel qui est efficace. Comment ne pas se laisser emporter dans l’histoire qui, d’une façon ou d’une autre, nous concerne tous et vient faire écho à des histoires personnelles ou proches ? Et l’émotion est un élément important dans le visionnage d’un long métrage. Alors sur ce point La Cabane touche là où il faut. Les points forts du film sont donc aussi ceux qui étaient présents dans le livre éponyme.

Mais ce n’est plus simplement un livre à lire, à imaginer… la caméra est passée par là… et il faut donc aussi le dire, La Cabane n’est pas que pure réussite et on peut comprendre que la sortie française se limite hélas à l’édition et la vente de DVD. Une certaine déception générale avec l’observation d’un vrai manque de relief dans la réalisation et le scénario. Il est peut être bon de rappeler que l’adaptation d’un roman sur grand écran nécessite une ré-écriture, et qu’une bonne et belle histoire ne garantit en rien d’un bon film. Occasion aussi de dire ici que dans le cas d’une adaptation cinématographique d’un roman, il est toujours nécessaire de l’aborder avec un certain détachement par rapport au livre sous peine d’être nécessairement frustré. C’est donc ainsi qu’après avoir apprécié le livre je me suis installé devant mon écran de télévision. Mais néanmoins, le ton très « monotone » au sens d’une certaine uniformité globale, une certaine platitude me laisse sur ma faim. Regret d’une absence d’envolées dans les expressions des personnages qui ne sont pas à incriminer directement car enfermés dans un scénario trop gentil et manquant d’audace (qui pourtant était au cœur du livre). Comment, par exemple, accepter qu’une mère venant d’apprendre la disparition de sa petite dernière console gentiment le mari perclus de culpabilité sans que la colère légitime ne vienne s’immiscer, et qu’en plus elle le laisse aller tout seul sans réagir ? Ce n’est bien sûr qu’un exemple mais qui laisse comprendre une fragilité du scénario et de la réalisation. Même la bande son, qui comprend pourtant des titres de Hillsong United, de Francesca Battistelli, Skillet, Lecrae ou NEEDTOBREATHE ne sauve pas cette monotonie et a même tendance à l’amplifier. Vraiment dommage ! Et donc au final un gentil film aux côtés parfois un peu kitch, entre téléfilm et cinéma…

Mais en toute chose, gardons ce qui est bon, alors n’hésitez pas, faite vous votre propre avis et encore une fois, utilisez-le pour ses points positifs sans y chercher le nouveau joyau du 7ème art ! 

 

> DVD en VF vendu au prix de 19,90 € – Sortie officielle le 12 Juillet 2017 – Actuellement en pré-commande

Plusieurs possibilités pour le pré-commander :

https://www.paul-sephora.com/dvd-fiction/4157-la-cabane

https://librairie-7ici.com/12209-dvd-la-cabane.html

 

 

SILENCE DÉRANGEANT MAIS BIENFAISANT

SILENCE ! L’immense Martin Scorcese vient fièrement nous présenter son nouveau film… peut-être l’un des principaux de sa carrière cinématographique, plus simplement l’œuvre de sa vie, mijotée depuis près de trente ans. Respect et coup de chapeau pour un œuvre belle, riche, tortueuse et profondément inspirante.

Longue fresque historique de 2 h 39, Silence est adapté du roman éponyme de l’écrivain catholique japonais Shusaku Endo. Il décrit le déchirement de deux missionnaires jésuites, pris de doute dans leur foi devant le « silence de Dieu » face au martyre infligé aux convertis japonais par les Shoguns, gouverneurs militaires. Nous sommes dans le Japon du XVIIe siècle où le christianisme a été déclaré illégale suite à une évangélisation massive de l’Église catholique. Envoyés dans le Pays du soleil levant, sur les traces de leur mentor, le père Ferreira qui n’a plus donné trace de vie et dont certaines rumeurs évoquent l’apostasie, ces deux missionnaires vont devoir vivre dans la clandestinité auprès de ces « chrétiens cachés ». Tout au long de leur terrible voyage, leur foi va être soumise aux pires épreuves.

Silence peut être vu comme une sorte de voyage contemplatif à travers les méandres de la foi. Tout en nous proposant un film de grande beauté (photo, son, réalisation…) au scénario épique, Scorcese ne cherche pourtant pas à nous « épater » par une méga-production commerciale et tape-à-l’œil. Tout au contraire il nous propulse dans une lenteur mélancolique nécessaire et adéquate au climat qui s’installe au fil des minutes et du cheminement tortueux de ces hommes. Il privilégie la sobriété, le dépouillement qui sied tant aux missionnaires qu’à la situation précaire des chrétiens persécutés qui cherchent à les protéger. Il nous confronte au chaos d’une réalité qui devient un électrochoc, mais qui paradoxalement ne se vit pas dans la brièveté mais dans la longueur… fracassant progressivement des certitudes, des convictions… et, pour le spectateur, ouvre à la réflexion et à l’émotion.

Derrière cette histoire un questionnement de fond éclate avec magnificence : Faut-il accepter de se soumettre (et, peut-être éventuellement, continuer de croire en secret), ou bien faire face aux tortures en gardant sa croyance intacte jusqu’à la mort… ou pire, jusqu’à provoquer la mort de ceux qui nous entourent et que nous aimons ? Un questionnement spirituel d’une puissance implacable, mais qui devient aussi un véritable dilemme éthique qui peut dérouter, voir mettre aussi mal à l’aise dans l’observation que nous en faisons, assis confortablement dans le fauteuil de la salle ténébreuse où la lumière est là sur l’écran mais pour raconter cette histoire faite de douleurs, de passions et parfois de choix qui nous heurtent. Pour Scorcese, le vrai sujet à ses yeux, c’est l’essence de la foi. Et par « foi », il entend également la façon dont nous vivons nos vies, quelles sont nos valeurs. Le scénario de Silence conduit à questionner les fondements de la religion, parlant du doute et de son importance dans la quête de spiritualité, parlant aussi de la foi, de la manière dont chacun l’appréhende et la vit, tout en faisant face au silence divin malgré les prières et les tourments endurés au nom de Dieu.

Silence nous ramène au XVIIe siècle mais on peut pourtant y voir une vraie dimension contemporaine. Pour Scorcese justement, les changements dans le monde d’aujourd’hui nous amènent nécessairement à nous questionner sur le spirituel qui est une partie intrinsèque de nous en tant qu’êtres humains et de notre humanité profonde. L’histoire de ces missionnaires ouvre un dialogue. Elle montre à quel point la spiritualité est une partie intégrante de l’homme. Une des grandes forces du travail de Scorsese se situe aussi, sans doute, dans le fait qu’il n’en fait pas un film « religieux » mais purement universel. Il pourra parler, en y regardant de plus près, à toutes les époques, à toutes les religions, et à tous les athéismes. Pas non plus de « dictature de conscience » grâce à la complexité des personnages, et en particulier celui interprété brillamment par Andrew Garfield. Complexité (sans rien dévoiler) qui va et vient mais se prolonge jusqu’à la dernière minute. Un non manichéisme du protagoniste principal qui devient finalement l’intérêt premier de Silence.

Alors oui, Silence reste une œuvre quelque peu difficile d’accès tant par sa forme que par ses thématiques. Elle demande donc au spectateur de se concentrer et de plonger sans à priori mais confiant qu’une opportunité de réflexion intime s’offre à lui. Accepter que le Silence commence peut-être là en soi comme une nécessité bienfaisante dans un monde si bruyant et dans un intérieur qui l’est tout autant si souvent…

Pour aller plus loin dans la réflexion, SAJE DISTRIBUTION vous offre un dossier pédagogique d’accompagnement à télécharger ICI