UN DIMANCHE ŒCUMÉNIQUE À CANNES

Le Jury œcuménique au Festival de Cannes est composé de six membres internationaux qui visionnent l’ensemble de la sélection officielle et « Un Certain regard » pour remettre, samedi à 17h, ses prix lors d’une cérémonie au salon des ambassadeurs dans le Palais des Festivals. Mais le Jury œcuménique à Cannes c’est aussi beaucoup d’autres activités et toute une équipe active pendant la quinzaine.

La journée de dimanche a été marquée ainsi par plusieurs événements liés au Jury mais touchant un plus large public. La matinée a ainsi commencé avec la messe et le culte spécial « Festival » célébrés  avec les membres du Jury et un certain nombre d’invités, dont, côté protestant, le secrétaire général de la Fédération Protestante de France, le pasteur Georges Michel qui apporta la prédication. Occasion de présenter aux communautés ecclésiales présentes les membres du Jury, le travail d’Interfilm et Signis, mais aussi de rappeler combien le cinéma peut être porteur de messages utiles à notre compréhension du monde et à la foi.

Ces deux temps d’Église se sont terminés en donnant à tous l’occasion de se retrouver dans la rue qui sépare les édifices culturels pour partager un verre de l’amitié et brioche et surtout échanger les uns avec les autres. La présence de Michael Lonsdale cette année et des organisateur du Festival sacré de la Beauté était aussi une agréable surprise.

Ce moment d’amitié terminé, les « badgés » pouvaient se rendre à l’intérieur du Palais, au sous-sol dans le Marché du Film, pour une cérémonie plus officielle sur le stand du Jury œcuménique avec un certain nombre de représentants d’Églises de la ville et la région, de personnalités politiques, d’amis et tous ceux qui sont impliqués dans cette belle aventure commencée en 1974. Occasion de remercier plusieurs membres de l’équipe qui nous ont quittés ou pour qui cette édition sera la dernière… occasion de discuter, et de prendre un apéritif tous ensemble dans une belle atmosphère joyeuse.

Enfin, ce même dimanche, le Festival accueillait pour sa montée des marches de 19h pour le film « Carol », l’ensemble du Jury œcuménique et quelques invités, lui donnant ainsi une visibilité encore plus importante, plus officielle… moment bien agréable et convivial, permettant aussi de discuter avec Thierry Frémaux, délégué général du Festival.

Cette journée cannoise particulière reflète assez bien combien l’organisation de ces journées dépasse largement le visionnage de quelques films. Dans cette semaine, une célébration œcuménique sera aussi proposée mercredi à 16h en l’Église Anglicane proche de la Croisette. Chaque jour, ce sont aussi des courtes conférences-débats qui sont organisées directement sur le stand du Jury, avec des thèmes permettant de dialoguer entre foi et cinéma.

HOMARD M’A AMUSER

Vendredi, coup de vent très fort sur la côte d’Azur, avait-on annoncé à la météo. C’était vrai aussi dans la programmation avec le nouveau film du grec Yórgos Lánthimos qui allait décoiffer les festivaliers.

À Cannes, il faut le reconnaître, on réfléchit beaucoup, on est souvent très social -il ne faut pas se fier aux apparences des paillettes et peoples- alors quand un film sort des sentiers battus, cela fait aussi du bien. C’est le Homard (The Lobster), qui finalement restera au simple stade du verbal, qui a fait hurlé de rire la Croisette par une folie assez incroyable et l’audace de proposer une histoire totalement invraisemblable, avec un humour très froid et des situations totalement ubuesques.
Alors oui… On ne comprend pas forcément tout, comme avait prévenu Thierry Frémaux d’ailleurs, ou alors il faut aller chercher le second, troisième (ou plus encore) degré. 

The Lobster est une sorte d’OVNI cinématographique majestueusement joué par un Colin Farrell loin d’être à son avantage physiquement, et rejoint par une délicieuse Rachel Weizs. C’est un film qui ne laisse forcément pas indifférent. On adore ou on déteste. C’est d’ailleurs à l’image même du scénario. Yórgos dépeint une société sous la dictature du couple, marquée par la tyrannie de la mise en case et de la déshumanisation des sentiments. Il n’y a pas de demi-mesure, pas de tièdeur… Tu es hétéro ou homo. Pas bi, la case n’existe plus… pour reprendre un savoureux extrait d’un dialogue qui signe le premier éclat de rire du public. 
 
Alors, à mon humble avis, ce ne sera sans doute pas un film primé « Jury œcuménique » mais je lui pressens une belle surprise en fin de festival, surtout en pensant aux frères Coen qui ne devraient pas détester. Et puis, la folie peut aussi être utile et porteuse de réflexion, d’échanges… et je serais bien curieux de l’utiliser dans quelques temps pour initier un débat sur des questions de société qui sont là au cœur du scénario.