CANNES 2018 AUTREMENT

Retrouvez la version vidéo sur ma chaîne Youtube

 

Alors que le 71èmeFestival de Cannes vient de s’achever avec l’annonce du palmarès par le jury présidé par Cate Blanchett décernant la palme d’or au Japonais Hirokazu Kore-Eda et son film « Une affaire de famille », revenons plus largement sur cette quinzaine cinématographique. Occasion de l’aborder sous le prisme d’une réelle présence chrétienne en son sein mais aussi sous la forme de nombreuses thématiques visibles dans les courts et longs métrages. 

 

Le Festival de Cannes s’est déroulé du 8 au 19 mai. Premier événement culturel au monde, chaque année, au mois de mai, il s’empare de la ville et des tabloïds du monde entier. Professionnels de l’industrie cinématographique, stars internationales et acteurs en devenir se mêlent à la foule avide d’images, de selfies, d’autographes et de rencontres surprenantes. Le Festival, c’est aussi les paillettes, les stars, les bruits de couloirs mais aussi des scandales et même parfois des affaires diplomatiques… Grands événements ou petites anecdotes prennent parfois des dimensions démesurées, certains faits même ont bâti sa légende. Mais paradoxalement, c’est aussi un lieu où se côtoient des chrétiens du monde entier et où peuvent être portés des thématiques évangéliques au cœur même de bon nombre de films.

 

Des chrétiens à Cannes

Par sa taille, avec 120 pays accueillis et plus de 12.000 participants, le Festival de Cannes est à l’image de la société dans sa diversité. Et ainsi, nombreux sont les chrétiens présents : Professionnels du cinéma venant présenter des films dans les différentes sélections ou cherchant à les commercialiser grâce au Marché du film, exposants dans ce même Marché, journalistes, bloggeurs, techniciens, exploitants ou simples cinéphiles. Difficile à quantifier évidemment mais les échanges, rencontres programmées ou impromptues sont nombreux et deviennent, parfois même, de vrais rendez-vous divins.

Cette présence chrétienne devient aussi à fortiori plus visible au-travers du Jury œcuménique invité officiellement depuis 1974 pour remettre un prix et d’éventuelles mentions à des films de la sélection officielle, en portant un regard différent distinguant des œuvres de qualité artistique qui sont des témoignages sur ce que le cinéma peut nous révéler de la profondeur de l’homme et de la dimension spirituelle de notre existence. Ce jury international est composé de chrétiens catholiques, protestants, évangéliques ou orthodoxes engagés dans le monde du cinéma (journalistes, réalisateurs, enseignants, théologiens). Toujours plusieurs centaines d’invités, médias du monde entier présents lors de la remise dans le Palais des Festivals. Un palmarès depuis 1974 qui se suffit à lui-même pour démontrer le travail effectué chaque année laissant un témoignage qualitatif remarquable.

Des films qui font souvent écho à la foi

Une tendance apparait ces dernières années à Cannes avec une évolution certaine d’une sélection davantage orientée vers un cinéma d’auteur international audacieux et provocateur, et très souvent pétri d’une dimension sociale, spirituelle et métaphorique avec une volonté d’ouverture aux maux du monde.

Ce fut très clairement le cas cette année avec une bonne moitié de la compétition officielle dans cette perspective. Le Jury œcuménique avait donc le choix et a finalement remis son prix au bouleversant Capharnaüm de Nadine Labaki (récompensé aussi au Palmarès par le Prix du Jury) relevant qu’à travers l’histoire de Zain, un garçon de 12 ans qui attaque ses parents en justice pour lui avoir donné la vie, la réalisatrice expose sans concession l’enfance maltraitée et propose un voyage initiatique empreint d’altruisme. Un film qui aborde aussi la question des migrants et des sans-papiers. Ce même Jury a offert également une mention spéciale à l’excellent Blackkklansman de Spike Lee (auréolé lui aussi du Grand Prix lors du Palmarès final), cri d’alarme contre un racisme persistant et dénonciation par là-même d’une possible appropriation perverse de la religion pour justifier la haine.

 

Mais, dans cet angle mettant en lien cinéma et valeurs évangéliques, on pourrait en citer beaucoup comme la Palme d’or attribuée au Japonais Hirokazu Kore-eda, Une affaire de famille qui pose notamment la question de savoir quels sont les liens qui unissent, qui construisent plus particulièrement la  cellule familiale. Je pense aussi à Lazzaro Felice d’Alice Rohrwacher, s’offrant une véritable métaphore christique dans un film qui dénonce toutes les formes d’esclavages modernes et de manipulation qui gangrènent le cœur humain. Il y avait cette petite perle, Yomeddine, une sorte de road-movie égyptien conduisant un lépreux à partir à la recherche de ses origines et de son père en particulier, soutenu par un jeune orphelin qui l’accompagne. Et encore l’amour qui surpasse toutes les entraves du monde, du pouvoir politique et des frontières dans le film polonais Cold War qui se termine avec tristesse et beauté sur cette phrase « Allons de l’autre côté… la vue y est plus belle ».

Ce fut aussi le combat social avec En guerre et un immense Vincent Lindon, la soif de liberté dans le film iranien de Jafar Panahi Trois visages ou encore un oppressant mais touchant Ayka sur les possibles souffrances de la maternité qui a valu le prix d’interprétation féminine à sa jeune héroïne Samal Yeslyamova qui jouait là dans son premier film.

 

Le choix de l’authenticité

Comment ne pas évoquer aussi cette importance de l’authenticité qui ressort dans plusieurs métrages ? Des cinéastes qui recherchent et privilégient l’expression vraie et sincère de personnages jouant leur propre rôle ou, du moins, une histoire proche de leur existence, plutôt que de miser parfois sur des acteurs confirmés. Et cela fonctionne, en tout cas dans plusieurs de ces films évoqués comme Capharnaüm, En guerre ouYomeddine. Les deux acteurs récompensés pour les prix d’interprétations masculine et féminine en sont aussi témoins car la justesse de leur prestation en est la force. Marcello Fonte dans Dogman est éblouissant dans ce rôle de toiletteur canin discret et apprécié de tous qui face à la trahison et l’abandon, voit sa vie totalement basculer. Quant à Samal Yeslyamova, dans Ayka, comme je le disais précédemment, elle crève littéralement l’écran et nous prend aux tripes dans sa capacité à projeter sa souffrance physique et psychologique. Un film qui, par ailleurs, trouve de la grandeur et de la dignité dans un refus de l’enjolivement et du romanesque en prenant le risque de mettre le spectateur, avec brutalité, à l’épreuve de la laideur du monde et de la souffrance des démunis.

 

Voilà c’est fini…

Edouard Baer, MC de la soirée de clôture l’a plutôt bien dit :  « Le festival rentre chez lui c’est-à-dire chez nous, on rentre à la maison, après ce monde d’illusions, de rêves, de colères pour rien, de violence parfois sincères et authentiques. Le Festival de Cannes remballe, ses hommes, ses femmes, qui étaient là tous ensemble, unis, pour rien. Pour rêver, pour construire, pour essayer de dire que derrière les films, derrière les images, derrière les sons, il y a des rêves, il y a des violences, des envies de transmettre, des choses. Nous sommes simplement des gens qui ont eu le courage ou la chance d’exprimer nos rêves, d’aller vers les autres, de tendre une main qu’on appelle un film. Nous sommes des hommes et femmes ici, privilégies sans doute, mais qui sauront faire quelque chose de tout ça ».

Savoir faire quelque chose de tout ça… c’est peut-être finalement ça aussi qui devient comme une responsabilité individuelle et collective pour les spectateurs qui, dans les mois qui viennent, seront ceux qui accueilleront toutes ces images, tous ces sons, tous ces personnages et toutes ces histoires. Je vous souhaite donc maintenant d’en faire bon usage et que votre vie soit ainsi divertie et sans nul doute enrichie. Et vivement mai 2019 pour que le rideau s’ouvre à nouveau et les marches se draper de rouge pour un nouveau Festival… pas comme les autres.

 

 

PAUL… DE GRÂCE !

Retrouvez la version vidéo sur ma chaîne Youtube  

 

Décidément, les films en lien avec la spiritualité ou même, plus précisément, le texte biblique, sont au goût du jour. Après Jésus l’enquête, Marie Madeleine, la prière et bien d’autres encore, c’est au tour de « Paul, apôtre du Christ » de faire sa sortie ciné ce mercredi 02 mai en France. Une distribution SONY Pictures épaulée par SAJE distribution dans le réseau chrétien.

« Paul, apôtre du Christ », c’est l’histoire de deux hommes. Luc, en tant qu’ami et médecin, risque sa vie quand il s’aventure dans Rome pour rendre visite à Paul retenu captif dans la cellule de prison la plus sombre de Néron. L’empereur est déterminé à débarrasser Rome des chrétiens. Avant que la sentence de mort de Paul ne soit prononcée, Luc veut absolument écrire le récit du chemin de Paul avec Jésus pour que tous les croyants bénéficient de son enseignement. Des écrits à protéger qui vont susciter le courroux de Mauritius Gallas, commandant de la Prison Mamertine. Selon lui, c’est de la rébellion. Alors qu’il veut faire taire les deux disciples, la révolte gronde dans la ville… 

Lié dans les chaînes, la lutte de Paul est pourtant interne. Il a tellement survécu – flagellation, naufrage, famine, lapidation, faim et soif, froid et exposition – et pourtant, alors qu’il attend son rendez-vous avec la mort, il est hanté par les ténèbres de ses méfaits passés. Seul dans le noir, il se demande s’il a été oublié… et s’il a la force de bien finir. 

Deux hommes luttent contre un empereur déterminé et les faiblesses de l’esprit humain pour vivre l’Évangile de Jésus-Christ et répandre leur message au monde.

 

Alors, disons-le tout de suite, c’est l’observation d’un vrai parti-pris scénaristique qui ressort pour moi en priorité. Au lieu de se plonger dans la vie de ce personnage hors du commun, genre biopic, de façon classique, le réalisateur Andrew Hyatt choisit de se fixer sur les dernières semaines de sa vie et suggérer simplement quelques flashbacks nécessaires.Iltravaille ainsi sur la profondeur du personnage, dessine son caractère et construit son scénario dans une certaine lenteur afin de mieux révéler l’épaisseur de l’apôtre.

Dans cette façon d’opérer se dévoilent aussi un certain nombre de thématiques fortes et, si pourtant tirées d’une vieille histoire, toujours autant contemporaines… des thèmes qui pourront façonner une réflexion personnelle ou être travaillées aisément en groupe après séance.

 

La grâce, tout d’abord, qui est là comme un cœur qui bat tout au long du récit. On comprend d’ailleurs le juste choix du sous-titre : « Là où le péché abonde… la grâce surabonde ».

« Paul avait toujours été dans mon esprit comme une figure fascinante »,a déclaré le réalisateur. « Et quand je pense à la grâce et à la miséricorde de Dieu et que je cherche qui pourrait en être humainement l’incarnation… je retourne invariablement vers Paul, quelqu’un qui passe du plus grand persécuteur des premiers chrétiens au plus grand évangélisateur de toute l’histoire de l’Église. »Si donc l’existence de l’apôtre Paul devient une forme d’incarnation vivante de la grâce divine et que le film le relate au travers du rappel de ce changement radical vécu, il faut noter que cette thématique revient en écho de diverses façons dans le scénario du film. On se rend compte ainsi de la difficulté parfois de la vivre. Ici, dans le contexte de la persécution romaine de cette communauté chrétienne, elle devient même une cause de conflits, voire de division interne. Il en ressort malgré tout une sorte d’hymne à la tolérance, au pardon, je dirai même à la réconciliation, et en tout cas à l’amour possible de ses propres ennemis… avec, comme une cerise sur le gâteau, la gestion nécessaire de la culpabilité dans le cheminement personnel de Paul et face à Dieu.

Toujours dans les grandes thématiques du film, si en cette année 2018 nous nous souvenons, 50 ans après sa mort, du message de Martin Luther King apôtre de la non-violence, Paul apôtre du Christest aussi l’occasion de ré-approcher ce thème dans un contexte différent. Car pour les chrétiens persécutés à Rome, se pose clairement un profond questionnement avec d’ailleurs plusieurs options choisies en fonction des uns et des autres :

– Lutter pacifiquement coute que coute en cherchant à être lumière dans les ténèbres (un argument développé plusieurs fois, notamment par Priscilla, pour dire le besoin de rester à Rome et d’aider les pauvres, les orphelins, les veuves…)

– Prendre les armes et se battre pour libérer Paul et s’opposer à la folie et l’oppression de Néron et de ses armée (choix plutôt des plus jeunes qui n’acceptent plus de voir mourir les leurs).

– Ou encore, s’enfuir pour sauver le maximum possible… (ce que défend Aquila)

 

Face à ses interrogations légitimes, Luc appelle à la paix. Pour lui, il est impensable de choisir la violence comme réponse à la violence. Pour Paul, de même, le mal ne peut être vaincu que par le bien. L’amour est la seule voie… Une des explications d’ailleurs apportées par Paul est intéressante et amplifie la thématique : Nous sommes, en tant que chrétiens, appelés à prendre soin du monde et non pas le gouverner…

 

Et puis, d’un point de vue plus cinématographique, on pourra apprécier une bonne réalisation, une jolie photo… pas d’excès ou de surenchère… globalement un bon travail technique et porté par un très correct casting qui convient parfaitement. Jim Caviezel, acteur dont les performances sont largement reconnues mais qui a, en particulier, marqué avec un autre film biblique, celui de Mel Gibson La Passion du Christ,endosse cette fois-ci le rôle du personnage de Luc, figure importante bien sûr dans l’histoire du christianisme et vrai premier rôle de ce métrage. Paul est quant à lui joué par le britannique James Faulkner, un acteur particulièrement classe qui sévit notamment dans la série « Game of Thrones ». Et on se permettra même un gentil cocorico en remarquant la participation du français Olivier Martinez, dans le rôle de Mauritius Gallas.

Un film bel et bien réussi qui sort radicalement des sentiers battus du genre péplum, que je vous recommande chaudement, avec ce conseil néanmoins. Celui de ne pas aller chercher à voir simplement l’histoire de Paul, mais plutôt y aller en étant prêt à se laisser toucher par elle.

 

Pour aller plus loin, vous pouvez aussi utiliser l’excellent dossier pédagogique disponible gratuitement sur le site de SAJE Productions

 

UN JURY PAS COMME LES AUTRES

À l’occasion de ce 68ème Festival de Cannes qui ouvrira ses portes ce mercredi 13 mai 2015, le 42ème Jury œcuménique cannois officiera pour remettre une nouvelle fois des prix à plusieurs films répondant à ses critères artistiques, humains et évangéliques, dans la sélection officielle. 

Étonnant sans doute, pour beaucoup de festivaliers, de découvrir p. 39 du Catalogue officiel du Festival de Cannes, la présentation d’un Jury œcuménique aux côtés du Jury FISPRESCI (Fédération internationale de la presse cinématographique) et du prix François Chalais. Des chrétiens à Cannes pour remettre des récompenses ? Sans doute une sélection parallèle dont on ne parle pas, qui présenterait des films à caractères religieux ?… Mais, non, à y regarder de plus près, c’est bel et bien des films de la sélection officielle et de la sélection « Un certain regard » qui sont concernés. Et ce n’est pas une nouveauté farfelue, non plus, qu’aurait introduit le nouveau président Pierre Lescure, puisque cette présence date de 1974. Un sacré bout de chemin parcouru déjà et de grands films récompensés, parfois même avec un certain discernement étonnant comme l’année dernière avec le prix attribué à Timbuktu (seule récompense cannoise avec le prix F. Chalais) annonciateur de nombreuses autres récompenses pour ce film, dont ces fameux sept Césars en février 2015.

Alors s’il ne s’agit pas de films à caractère religieux, quelles sont donc les spécificités recherchées par ce Jury pour dégager de la sélection plusieurs longs métrages ?

C’est en fait une combinaison de plusieurs aspects qui sont recherchés :

– de la qualité artistique ben évidemment en premier lieu,

– des valeurs humaines trouvant écho dans l’Évangile telles que par exemple la justice, la dignité, la paix, la réconciliation,

– une capacité à déclencher la réflexion, l’échange, le partage… à donner au spectateur la possibilité de réfléchir ou d’être interpellé,

– de montrer une grande ouverture aux diversités culturelles, sociales ou religieuses.

Finalement, pour reprendre une citation du réalisateur américain Jonathan Demme (Oscar du meilleur réalisateur an 1992 pour « Le Silence des Agneaux »), récompenser des films qui répondent à ces trois fonctions vitales : Primo : divertir. Secundo : faire réfléchir grâce à une fiction qui ne privilégie pas seulement le divertissement. Tertio : être un miroir de l’existence.

Ce sont donc encore six jurés internationaux, venus de France, Canada, Italie et Royaume-Uni, et désignés à part égale par les deux associations organisatrices de ce Jury œcuménique, SIGNIS du côté catholique et Interfilm pour les protestants, qui visionneront à l’occasion de ce 68ème festival de Cannes une quarantaine de films. Son palmarès sera annoncé le samedi 23 mai à 17h dans un salon du Palais des Festivals, à l’occasion d’une cérémonie officielle en compagnie du Jury FIPRESCI.

En parallèle du travail des jurés, il faut aussi noter un certain nombres d’événements proposés par les deux associations SIGNIS et Interfilm, tout au long du festival : Un stand du Jury œcuménique au Marché international du film, plusieurs présentations officielles et cérémonies (sur le stand, dans une rue cannoise, à l’hôtel de ville…), une montée de marches officielle, une célébration œcuménique dans une église de la ville, un culte et une messe « spécial Festival », des mini-conférences sur le stand, l’animation d’un site internet pendant toute la durée du festival (www.juryoecumenique.org) et l’accueil de nombreux invités dont, cette année, le Secrétaire Général de la Fédération Protestante de France Georges Michel qui apportera la prédication le dimanche matin au Temple de l’EPU de Cannes.

JESUS FOOTBALL CLUB

Retour sur un reportage diffusé il y a quelques mois sur Canal + évoquant les rapports entre Football et Christianisme, en zoomant tout particulièrement sur la situation de PSG où 7 joueurs actuellement sont « identifiés » comme chrétiens engagés (protestants et catholiques). Je préciserai là, que c’est en qualité de pasteur protestant évangélique mais aussi de communicant (ex rédac chef de magazine et toujours impliqué dans la communication), d’amateur de football (et ex joueur… quand même un peu ) et plus particulièrement de fervent supporter du PSG (depuis le tout début des années 80) que je réagirai dans cet article. Ces différentes « casquettes » sont importantes pour moi et me poussent là à chercher à être le plus pertinent possible.

Si de temps en temps certains médias s’intéressent à la foi de certains sportifs individuellement (chrétiens ou musulmans), il me semble que ce reportage est l’un des tout premiers à proposer d’aller plus loin et plus longuement, sur ces relations entre foi chrétienne et football assez globalement. On pourra donc s’en réjouir. Pour rester dans un premier temps sur une observation générale du documentaire, il me semble important de préciser que nous sommes là face à un travail plutôt bien fait, qui se veut assez honnête et réaliste. La parole est donnée à plusieurs joueurs, de confessions diverses, avec des approches de la foi différentes… à l’entourage (spirituel ou professionnel)… les spécificités culturelles (en particulier concernant l’Amérique du sud) sont bien notées… et une voix off commente et accentue tel ou tel autre point du sujet. On ne peut ainsi pas dire qu’il y ait eu une démarche éditoriale de discréditer ou, à l’inverse, de vanter quoi que ce soit.

En résumé donc, un certains nombre de footballeurs de renom revendiquent une foi engagée en Jésus-Christ aujourd’hui (et déjà depuis un certain temps) et en témoignent ouvertement. Beaucoup viennent d’Amérique du Sud et le Paris St Germain, en tant que club, est devenu une vitrine de premier choix. À partir de là se pose logiquement certains questionnements : Pourquoi ? Quelles conséquences ? Y a-t-il des limites à envisager ? Quid des autres religions ?…

 

Mais en y regardant de plus près, un certain nombre de maladresses m’ont vraiment gêné et malheureusement entaché en partie le résultat. Je souhaiterai simplement en relever quelques-unes :

– Tout d’abord le vocabulaire choisi dans les commentaires allant souvent directement en opposition avec ceux des protagonistes : D’un côté, en voix off, on parle en insistant grossièrement parfois (et en accentuant l’effet par la musique accompagnatrice) d’adeptes, de transe, de prêcheur ou prosélytisme et on surenchéri avec la « religion » encore et encore… De l’autre, les joueurs et autres interviewés parlent de relation avec le Christ, de partage, d’amour, d’hommes de bien, de grand frère, d’intégration, de remerciements, de pacification… Sincèrement, parfois on frise quelque peu le ridicule.

– Comme trop souvent aussi, le montage de certains interviews laisse vraiment à désirer. OK, qu’on ne passe pas tout l’interview est évidemment logique mais parfois là, on se retrouve face à un montage hyper tendancieux tellement « cut » où juste quelques mots sont gardés totalement hors contexte et donc pouvant laisser penser ou comprendre tout et n’importe quoi… je pense à toute la partie sur la famille, l’éthique et l’argent avec Marcos Ceara et Alex. Bon, forcément, ça fait du buzz.

– Toujours sur les questions financières… la fameuse « dîme » évoquée par les deux mêmes  joueurs. Amusant d’évoquer alors la situation du PSG pour arriver à la conclusion que le Qatar (et l’Islam par voie de conséquence) finance indirectement les évangéliques (et qui dit PSG… dit de Paris… et de France) à hauteur de centaine de milliers voir de millions d’euros chaque année, dixit le commentaire. Amusant et facile… mais loin de la réalité quand même car, si l’on regarde de plus près la situation des Églises évangéliques de France, on est loin de trouver des Églises qui regorgent de richesses et c’est plus souvent l’inverse qui se voit… avec des assemblées manquant souvent de ressources, de moyens financiers et qui, malgré tout, restent très investies dans le social entre autre et l’aide au prochain. Qu’une église locale, accueillant l’un de ces joueurs (et pas forcément dans le pays où ils jouent mais plus souvent leur église d’origine) puissent être bénie par leurs dons est une chose (positive d’ailleurs) mais ce n’est pas pour autant que tous les évangéliques de la planète en bénéficie ! Et puis est-il utile aussi de rappeler là l’engagement du CNEF (Conseil National des Évangéliques de France) contre un enseignement de l’évangile de la prospérité véhiculé parfois.

Alors, rassurez-vous… c’est tout de même sur une note extrêmement positive que j’aimerai conclure ces quelques lignes. Il ressort de façon très directe, au travers notamment des propos de Charles Villeneuve, que la foi de ces sportifs n’est pas simplement paroles ou démarche évangélisatrice calculée mais qu’elle a un impact bien réel dans leur vie et dans leurs relations… et donc à fortiori dans les clubs concernés également : « Avoir ces joueurs dans l’équipe est une force, une sorte de colonne vertébrale, une épine dorsale. Ils sont des éléments de pondération, de calme, de paix dans le vestiaire. » Et notre Loulou Nicollin national ne dément pas et reconnait même que son choix personnel de loger plusieurs jeunes du centre de formation de Montpellier dans une pension catholique a eu des vertus positives sur eux comme le confirme d’ailleurs Rémy Cabella qui a pu l’expérimenter personnellement.

Et côté performances ? Juste quelques footballeurs parmi tant d’autres… Cavani, Alex, Falcao, Maxwell, Lucas, Marquinhos, Ceara, Matuidi, Thiaggo, Pelé, Kaka, Messi… Loin de moi bien sûr la pensée que la foi rend le sportif plus efficace… mais…

Enfin, et en guise d’ultime clin d’oeil, un dernier intérêt du reportage se situe peut-être dans l’explication par les jeunes du Centre de Formation de Montpellier que les matchs nuls ne seraient peut-être finalement que le résultat des prières de chrétiens d’équipes opposées… mais là je n’irais pas plus loin.