Heavy Sun… une expérience lumineuse !

À 69 ans, l’artiste et producteur québécois Daniel Lanois, vient de sortir son nouvel album Heavy Sun, avec un désir clairement exprimé : remonter le moral des gens par sa musique, comme un outil de résilience. Mission accomplie et même bien au-delà car nous avons ici une vraie pépite artistique dans un trip space-gospel imprégnée d’une intense ferveur spirituelle, tempérée par des rythmes reggae, des touches d’électronique, des textures riches et l’engagement profond de tous les participants.

Nomadland… sur la route !

Avec ce regard sur Nomadland, je vous propose une suite d’articles sur plusieurs films en lice pour les Oscars 2021. La 93ème cérémonie se déroulera le 25 avril, exceptionnellement pour cause de Pandémie à l’Union Station de Los Angeles et en duplex de Paris, deux sites avec liaisons satellitaires pour permettre aux nommés de recevoir leurs prix. Mais déjà s’est déroulée la cérémonie des Bafta, la cérémonie des récompenses britanniques du cinéma, ce dimanche 11 avril.

Chanter sa foi… malgré tout

À quelque chose malheur est bon, dit une maxime populaire, même si l’application est parfois bien difficile… Pourtant, si la COVID-19 a mis à l’arrêt un grand nombre d’entre nous, et d’artistes notamment, elle a su aussi devenir pour certains un temps pour créer autrement. C’est aussi, avec elle, l’occasion parfois de revenir à des choses essentielles de l’existence humaine, de (re)découvrir, par exemple, au cœur de sillons anciens de nos vies, des graines de foi qui ont pu y être semées.

The Flight Attendant… Attachez vos ceintures !

Des vies froissées… en quête d’une mère

Netflix continue de travailler la diversité culturelle de son offre. L’un des films qui cartonne ces jours-ci sur la plateforme vient ainsi de Turquie. Un cinéma encore assez méconnu, qui se concentre souvent sur des histoires de type « tranche de vie », et qui ne cesse de gagner les cœurs du monde entier. Des vies froissées y participera, sans nul doute, en nous plongeant au cœur de l’existence et des luttes des pauvres à Istanbul.

Bertrand Tavernier… explorateur et témoin

Le cinéaste, scénariste, dialoguiste, producteur et écrivain français Bertrand Tavernier est mort à l’âge de 79 ans ce jeudi 25 mars 2021 dans le Var. L’annonce a été faite officiellement par l’Institut Lumière à Lyon qu’il présidait et le cinéma est en deuil.

Un peu de mon histoire personnelle…

J’ai eu le plaisir d’être invité par Hope Radio pour une interview d’1 heure dans le cadre de l’émission « L’invité gospel », diffusée la semaine du 8 au 14 mars 2021. Une occasion de revenir sur mon parcours, ma foi, la musique et l’écriture de mon livre Sister Soul sur Aretha Franklin. Cette interview est à écouter ci-dessous… mais aussi à retrouver sur le site de Hope Radio.

Noire… celle qui n’était pas Rosa Parks

Depuis le 8 mars, la chaîne Culturebox propose le spectacle de Tania de Montaigne qui interprète son propre texte, Noire. Grâce à la magie de sa voix et de la mise en scène de Stéphane Foenkinos, le spectateur se voit proposer de devenir la jeune Claudette Colvin, le temps d’une représentation…

Small Axe… tailler là où ça fait mal !

« Si tu es un grand arbre, nous sommes la petite hache »… un proverbe africain popularisé en Jamaïque et aux Antilles par la chanson Small Axe de Bob Marley en 1973. L’idée est que de petites actions soutenues peuvent faire basculer quelque chose de puissant. Le cinéaste oscarisé Steve McQueen (12 Years a Slave, Hunger, Shame, Les Veuves) évoque les différentes facettes de cette pensée au moyen de cinq films et plus de six heures qui retracent trois décennies différentes dans les communautés antillaises de Londres.

Keylor Navas… Grâce à Dieu !

Ce mercredi 10 mars 2021 se souviendra longtemps des nouveaux exploits du phénoménal gardien de but costaricien du Paris St Germain, Keylor Navas, un sportif marqué par la grâce. Il a été clairement somptueux dans un match au Parc des Princes où le PSG n’a pas brillé mais assuré l’essentiel, une nouvelle qualification en quart de finale de finale de Champions League face au Barça, qu’ils avaient humilié lors du match aller au Camp Nou sur le score de 1-4.

Soulmates… je t’aime, moi non plus

À découvrir sur Amazon Prime Video, Mini-série anthologique – c’est-à-dire que chaque épisode contient une fiction avec sa propre intrigue – dont l’action se déroule 15 ans plus tard, écrite par William Bridges (Black Mirror, Stranger Things) et Brett Goldstein (Ted Lasso). Le facteur commun aux six histoires réparties sur autant d’épisodes : une entreprise qui utilise le balayage génétique pour trouver les personnes qui ont le plus de points communs

La Mission… guérir ensemble

Paul Greengrass et Tom Hanks réalisent un magnifique western classique d’une grande sensibilité, La Mission (News Of The World), à découvrir actuellement sur Netflix. Adapté du roman à succès de Paulette Jiles, La Mission se déroule cinq ans après que la guerre civile américaine ait déchiré le pays, alors que les États du Sud sécessionnistes ne digèrent pas encore leur entrée dans l’union, et que le traité de Medecine Lodge Creek maintient une paix très précaire avec les tribus Kiowas.

Malcolm & Marie… tout simplement : merci !

Structuré comme un match de boxe et raconté avec brio, Malcolm & Marie est le nouveau petit bijou du scénariste-réalisateur Sam Levinson. Proposé depuis le 5 février sur Netflix. Un huis clos à la beauté éclatante, construit autour de dialogues pointus et une parfaite alchimie entre Zendaya et John David Washington qui nous emportent délicieusement au cœur du tourbillon de leurs sentiments.

En Thérapie… la TV sur le divan


Ce jeudi 4 février, la télévision s’est mise en mode analyse, chaque semaine sur la chaîne Arte, par bouquets de 5 épisodes de 30 minutes, après avoir initié le processus déjà depuis une semaine sur son site internet. En Thérapie, c’est l’adaptation française, dont tout le monde parle, d’une série au succès mondial par le duo Toledano/Nakache.

Lupin… un succès bien mérité !

C’est l’énorme carton télé de ce début d’année et je m’en félicite. Omar Sy et son Lupin sur Netflix est en train de pulvériser tous les records. Il séduit ici et partout… même si, à son lancement, une communauté de twittos haters (bien ancrés très très à droite pour la plupart) ont fait leurs choux gras de cette série pour se déchainer sur l’acteur bien trop foncé à leurs yeux visiblement…

The Good Lord Bird… Glory Alléluia !

The Good Lord Bird, une mini-série émouvante, grivoise et immensément engageante sur la croisade de l’abolitionniste John Brown pour libérer les esclaves d’Amérique, sera diffusé à partir d’aujourd’hui, 7 janvier 2021 sur Canal +. Elle raconte l’histoire fascinante de l’abolitionniste John Brown, interprété par un fabuleux Ethan Hawke (pléonasme ?), pendant la période de troubles que l’on évoque sous le nom de « Bleeding Kansas » et qui allait mener directement à la guerre de Sécession

« Amen » et « Awomen »… la bonne blague !

Réagir avec humour à la polémique qui secoue les États-Unis… chiche ?! Lors de la prière à l’ouverture du Congrès le 3 janvier, un député démocrate a fini son intervention par un « amen »… suivi d’un audacieux inclusif « awomen ». Nous voilà bien ! Si maintenant les américains commencent à faire de l’humour avec Dieu… on n’est pas sorti de l’auberge.

2020… sur les écrans

Mais quelle année ! 2020 restera un millésime clairement pas comme les autres… On ne refera pas ici le match comme disait l’ami Eugène. Je n’en ai pas les moyens, ni l’envie d’ailleurs. Mais puisque ce billet s’intéresse au septième art, on peut le dire, comme le titrait le quotidien « Le Monde » : 2020, l’année noire du cinéma.

Sylvie’s Love… un amour extraordinaire

À la fois classique, brillant et empreint de sensualité, Sylvie’s Love ou Pour l’amour de Sylvie, sur Amazon Prime, du scénariste et réalisateur Eugene Ashe – ancien artiste du label Epic/550 au sein de Sony Music avec son groupe R&B Funky Poets – est une bien agréable proposition pour cette fin d’année ou pour débuter la nouvelle. Au son du jazz traditionnel,

Le blues de Ma Rainey… merci Netflix !


Le cinéma étant en berne dans cette époque où la culture est considérée comme non essentielle, risquant par là-même d’intégrer le catalogue de ce qui est en voie de disparition dans ce XXIème siècle, on se repli devant nos écrans de télévision. Heureusement, parfois… ça en vaut la peine et il y a de quoi alors s’en réjouir et en parler ! Le 18 décembre verra ainsi la mise en ligne sur Netflix, d’un film engagé et incontournable

Maradona… divine parabole


Diego Maradona est mort le 25 novembre 2020, à l’âge de 60 ans. Largement considéré comme le plus grand footballeur de tous les temps, avec ou sans ballon au pied, Maradona est devenu pour beaucoup le doux surnom de dieu ou le plus humain des dieux. Oui… je préfère mettre personnellement un d et laisser le D à celui qui, dans cette période de l’Avent, vient nous rejoindre et nous aimer.

Idiot Prayer… unique et beau !

Comme son sous-titre l’indique, c’est en solo, seul dans une salle de concert déserte, que Nicholas Cave, dit Nick Cave, a interprété 22 chansons qui ont marqué sa carrière, les retravaillant sous la forme d’une sorte de sermon envoutant et pénétrant porté par son jeu de piano tout en sobriété et finesse, brillant ainsi d’une intimité troublante.

Cheyenne et Lola… survivantes éblouissantes !


Depuis le 24 novembre sur OCS, Cheyenne et Lola, une série en huit épisodes d’une cinquantaine de minutes chacun, est une vraie claque télévisuelle qui vous laissera de sérieuses traces au cœur. Reprenant les codes du western avec le scénario d’un polar social travaillé visuellement avec minutie, façon orfèvrerie, c’est l’histoire de deux âmes gravement abîmées que tout oppose mais qui se retrouvent unies pour le meilleur et pour le pire.

Lovecraft Country… monstrueusement efficace !

Basé sur le roman de Matt Ruff de 2016, Lovecraft Country est le dernier must en matière de série de HBO (diffusé sur OCS en France). L’approche captivante de la tradition lovecraftienne est le fruit d’une équipe créative exceptionnelle, composée de l’écrivaine Misha Green et des producteurs exécutifs JJ Abrams et Jordan Peele. Combinant habilement l’action-aventure exaltante avec des éléments de science-fiction et d’horreur, cette série épique tombe à point nommé.

passez-votre chemin !

L’excellente série à voir sur OCS, Lovecraft Country a choisi de construire une partie de son premier épisode dans le comté d’Ardham surnommé coucher de soleil. Si Atticus (Jonathan Majors), George (Courtney B. Vance) et Letitia (Jurnee Smollett) sont confrontés à la haine, à la violence et à la discrimination, en particulier de la part des forces de l’ordre. Mais que sont donc ces fameuses villes évoquées par la série et ont-elles existées ?

Undone… le fond et la forme !

Undone, la série d’animation pour adultes d’Amazon (disponible depuis le 13 septembre 2019 sur Prime Video en France), créée par Raphael Bob-Waksberg et Kate Purdy (BoJack Horseman), est ambitieuse et terriblement efficace. Elle surfe sur plusieurs thématiques comme la santé mentale, la gestion du deuil et l’importance de la famille sur une base de science fiction où le temps est l’élément central.

Sean Connery… Adieu Bond !

La mort n’aura su attendre plus longtemps… Si la sortie du dernier film de la saga ne cesse d’être repoussée, Sean Connery, l’acteur d’origine écossaise qui a été le premier à prononcer la célèbre réplique, « My name is Bond, James Bond « , est hélas mort ce samedi 31 octobre 2020. Il avait 90 ans.
Il a joué dans plus de 60 films, et remporté de nombreuses récompenses et distinctions parmi lesquelles un Oscar du meilleur acteur dans un second rôle et un Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle pour Les Incorruptibles

Le jeu de la dame… Un portrait magistral du génie et de la dépendance

Le jeu de la dame (The Queen’s Gambit), la nouvelle mini-série de Netflix retrace les hauts et les bas d’une prodige des échecs à travers des images saisissantes et un récit d’une grande sensibilité. Elle impressionne par son élégance, sa mise en scène et l’intensité émotionnelle qui se dégage de chaque scène. Basée sur un roman de Walter Tevis datant de 1983.

DEVS… Deus ex machina

Si vous avez suivi le monde du cinéma indépendant au cours des dernières décennies, vous avez probablement été influencé par le travail d’Alex Garland. Entre ses scénarios pour des films comme Never Let Me Go et Dredd, et son travail d’écriture et de réalisation pour des films comme Ex Machina ou Annihilation, Garland a construit une filmographie exceptionnelle qui fait vraiment réfléchir, et qui ne vous fera probablement pas regarder l’humanité et la technologie de la même façon.

ON THE ROCKS… tellement rafraîchissant !

On the Rocks, sur Apple TV+ depuis le 23 octobre, est un film magnifiquement réalisé par Sofia Coppola, qui bénéficie d’une sublime performance de Bill Murray et d’un tour de force de Rashida Jones. Une histoire simple et belle, d’une formidable fraîcheur, un mélange de rêve et de poésie qui rencontrent la comédie et qui fait beaucoup de bien dans cette entrée en confinement.

La chanson de Martin… pour joindre l’utile à l’agréable !

En cette fin d’année malmenée de diverses manières, la sortie de La chanson de Martin – Martin’s song, un livre audio original, pertinent et utile, mérite amplement quelques lignes de ma part. Surtout quand le héros, en filigrane de l’histoire, n’est autre que le pasteur Martin Luther King.  La chanson de Martin – Martin’s song est un livre audio de Jane Méry et Sylvain Robin.

Adieu les cons… pour apprendre à dire : « Je t’aime ! »

Déjà trois ans qu’Albert Dupontel nous livrait sa redoutable adaptation cinématographique de l’œuvre de Pierre Lemaître Au Revoir Là-Haut, qui faisait déjà suite à cinq autres réalisations dont les, devenus classiques, Bernie, Enfermés dehors ou 9 mois ferme. C’est donc peu dire que de parler de bonheur et de hâte pour découvrir son nouveau film, Adieu les cons, qui sort ce mercredi 21 octobre sur les écrans.

Michel-Ange… saisissant portrait d’une divine canaille 

C’est un maître du cinéma russe, Andreï Konchalovski, qui tourne sa caméra vers un pan de vie de celle d’un autre maître, italien en l’occurrence, le grand Michel-Ange. Cinéaste soucieux du cadre et de la lumière, il trouve là une belle occasion de travailler sur l’esthétisme tout en nous interrogeant sur une question souvent au cœur de son œuvre, celle des rapports de l’artiste avec le pouvoir.

Drunk… jusqu’à la lie !

Réunissant les talents du comédien Mads Mikkelsen et du réalisateur Thomas Vinterberg Drunk prend nos idées préconçues à l’égard des drames de la dépendance et les subvertit habilement. Ce film danois propose l’une des représentations les plus authentiques de la toxicomanie vue à l’écran, en la construisant sur un fil narratif extrêmement tendu entre comédie et tragédie.

Yalda, la nuit du pardon… ne zappez pas !

Ce n’est pas dans l’humour d’un Tribunal des flagrants délires mais c’est dans l’effroi dramatique d’un tribunal populaire iranien télévisé que nous plonge Yalda, la nuit du pardon sorti ce mercredi sur les écrans français, après avoir reçu le grand prix du jury du cinéma mondial au festival du film de Sundance 2020. Une œuvre extrêmement puissante qui est en plus un saisissant portrait de femmes.

Billie… tragique et bouleversant

« Que Dieu bénisse l’enfant qui s’en sort tout seul » chantait Billie Holiday ou Eleanora Fagan de son vrai nom… mais hélas ce ne fut pas vraiment le cas pour elle… qui ne s’en est finalement pas vraiment si bien sortie. Un destin tragique fait de gloire et de déchéance. C’est ce que nous raconte BILLIE, le superbe film documentaire sorti ce mercredi dans les salles.

Blackbird… pour se dire adieu

Avec Blackbird, c’est avec justesse, délicatesse et tendresse que le réalisateur Roger Michell (Coup de foudre à Notting Hill) d’après un scénario de Christian Torpe, adapté d’un film danois de Billie August (Silent Heart), s’attaque à des thématiques ardues comme la maladie, la mort assistée et la famille. Un casting formidable pour un film chaleureux, qui n’est pas sans tension ni sans douleur considérable, pour nous permettre sans doute de réfléchir et de discuter.

Le Diable tout le temps… sobrement lumineux !

Attention… du très lourd sur Netflix en cette rentrée de septembre ! Le Diable tout le temps, la dernière réalisation d’Antonio Campos (série The Sinner), ne laisse en aucun cas indifférent… on adore ou on déteste. Un thriller obscur sur fond spirituel et à tendance gothique avec un casting cinq étoiles. Knockemstiff, Ohio. Face à sa femme mourante, un homme désespéré, Willard Russell, tente le tout pour le tout.

Rocks… si forte et fragile à la fois

Remember me… aussi longtemps que je vivrai 

Jean-Luc Gadreau, Service protestant sur France Culture.

Nouveaux défis…

Depuis plusieurs années, mon engagement, tant professionnel que personnel, s’est orienté au-travers d’un prisme qui prend la forme de cette association de 2 mots fondamentaux pour ma vie : « culture & spiritualité ». Aujourd’hui les choses se précisent un peu plus encore dans la re-formulation de mon activité professionnelle

LA UNE

Heavy Sun… une expérience lumineuse !


À 69 ans, l’artiste et producteur québécois Daniel Lanois, vient de sortir son nouvel album Heavy Sun, avec un désir clairement exprimé : remonter le moral des gens par sa musique, comme un outil de résilience. Mission accomplie et même bien au-delà car nous avons ici une vraie pépite artistique dans un trip space-gospel imprégnée d’une intense ferveur spirituelle, tempérée par des rythmes reggae, des touches d’électronique, des textures riches et l’engagement profond de tous les participants.

lire plus

Chanter sa foi… malgré tout


À quelque chose malheur est bon, dit une maxime populaire, même si l’application est parfois bien difficile… Pourtant, si la COVID-19 a mis à l’arrêt un grand nombre d’entre nous, et d’artistes notamment, elle a su aussi devenir pour certains un temps pour créer autrement. C’est aussi, avec elle, l’occasion parfois de revenir à des choses essentielles de l’existence humaine, de (re)découvrir, par exemple, au cœur de sillons anciens de nos vies, des graines de foi qui ont pu y être semées. La preuve par l’exemple avec deux artistes américains, mainstream comme on dit, qui viennent de sortir un album pour exprimer leur foi en Christ dans ce temps de turbulence mondiale.

lire plus

Minari… trouver ma source

En route vers les Oscars 2021 Minari interroge le rêve américain dans une histoire simple et différente de ce que le cinéma nous a livré sur le sujet, transpirant d’authenticité sans en faire un récit banal, mais au contraire en y apportant une dimension universelle...

lire plus

Bienvenue sur ArtSpi’in
où j’espère vous retrouver le plus régulièrement possible

 

Sur le blog de Jean-Luc Gadreau… pas de prise de tête, mais au contraire une volonté de se brancher simplement et authentiquement sur la vie, les arts, le sport, la culture, la spiritualité pour apaiser des maux de tête que notre existence peut provoquer bien souvent…

Je vous partagerai mes coups de cœur (cinéma en particulier), parfois mes colères, mes questionnements, mes curieuses idées et un peu de mes activités (très « plurielles »… vous vous en apercevrez rapidement !).

 

 

Jean-Luc Gadreau, Service protestant sur France Culture.

CINÉMA

Minari… trouver ma source

En route vers les Oscars 2021 Minari interroge le rêve américain dans une histoire simple et différente de ce que le cinéma nous a livré sur le sujet, transpirant d’authenticité sans en faire un récit banal, mais au contraire en y apportant une dimension universelle...

lire plus

Judas and the Black Messiah… racisme et trahison

En route pour les Oscars 2021 Deux jours avant la cérémonie des Oscars où il est l’un des favoris, le film Judas and the Black Messiah, zappe une sortie classique en salles pour une première diffusion exclusive directement sur Canal+ Cinéma. Un premier long-métrage...

lire plus

Sound of Metal… une immersion bouleversante

En route vers les Oscars 2021 Dans mes critiques des films en lice pour les Oscars 2021, quelques mots sur le remarquable premier long-métrage de Darius Marder, Sound of Metal, qui suit un jeune batteur de rock américain et toxicomane en voie de guérison qui perd...

lire plus

JE CONFINE EN PARABOLES

Je confine en paraboles

Nouvelle rubrique !

Chaque jour à 7h45 (ici et 8h ailleurs), pendant ce temps de confinement, je vous propose ma minute-vidéo « Je confine en parabole »… histoire de bien démarrer la journée.
Que celui qui a des oreilles…

lire plus

CULTURE

Heavy Sun… une expérience lumineuse !


À 69 ans, l’artiste et producteur québécois Daniel Lanois, vient de sortir son nouvel album Heavy Sun, avec un désir clairement exprimé : remonter le moral des gens par sa musique, comme un outil de résilience. Mission accomplie et même bien au-delà car nous avons ici une vraie pépite artistique dans un trip space-gospel imprégnée d’une intense ferveur spirituelle, tempérée par des rythmes reggae, des touches d’électronique, des textures riches et l’engagement profond de tous les participants.

lire plus

Chanter sa foi… malgré tout


À quelque chose malheur est bon, dit une maxime populaire, même si l’application est parfois bien difficile… Pourtant, si la COVID-19 a mis à l’arrêt un grand nombre d’entre nous, et d’artistes notamment, elle a su aussi devenir pour certains un temps pour créer autrement. C’est aussi, avec elle, l’occasion parfois de revenir à des choses essentielles de l’existence humaine, de (re)découvrir, par exemple, au cœur de sillons anciens de nos vies, des graines de foi qui ont pu y être semées. La preuve par l’exemple avec deux artistes américains, mainstream comme on dit, qui viennent de sortir un album pour exprimer leur foi en Christ dans ce temps de turbulence mondiale.

lire plus

SPORT

Keylor Navas… Grâce à Dieu !

Ce mercredi 10 mars 2021 se souviendra longtemps des nouveaux exploits du phénoménal gardien de but costaricien du Paris St Germain, Keylor Navas, un sportif marqué par la grâce. Il a été clairement somptueux dans un match au Parc des Princes où le PSG n’a pas brillé mais assuré l’essentiel, une nouvelle qualification en quart de finale de finale de Champions League face au Barça, qu’ils avaient humilié lors du match aller au Camp Nou sur le score de 1-4.

Auteur de neuf arrêts, Navas a été déterminant permettant aux Parisiens de préserver le nul contre le FC Barcelone (1-1) mercredi soir. Trois parades face à Dembélé (11e, 19e, 35e), un sauvetage divin face à Dest (21e) puis deux sur des tirs de Busquets (42e, 62e) sans oublier évidemment l’arrêt incroyable du penalty de la star argentine du Barça Lionel Messi (45e+1), viennent résumer la prestation de celui qui est devennu le héros parisien de ce match. Les réactions sont unanimes pour saluer l’homme en vert. Ses partenaires tout d’abord, comme le capitaine Marquinhos « Il faut savoir tenir dans les moments difficiles. C’est ce que nous avons su faire. Avec l’aide de notre grand gardien qui a fait la différence », ou par les mots de Marco Verratti replaçant le joueur dans une carrière déjà remarquable « Keylor a montré ça plusieurs fois dans sa carrière, il a gagné trois Ligues des champions avec le Real Madrid. Ce soir, il a démontré que c’est un grand gardien. On est heureux de l’avoir ici à Paris ». Le nouvel entraîneur du PSG Mauricio Pochettino, pour sa part, précise qu’« Il a démontré une fois encore toutes ses qualités et rappelé qu’il était un top gardien mondial. ». Même du côté catalan, pourtant sous le coup de cette première élimination à ce stade de la compétition depuis quatorze ans, les éloges étaient de rigueur. Et quant à Navas, c’est avec humilité et bienveillance qu’il se positionne : « Je suis très content. Merci à Dieu ! C’était un match difficile. Le pénalty ? C’est toujours difficile, surtout face à Messi. Grâce à Dieu, je suis resté concentré et ça nous donne beaucoup de joie à tous. Ce penalty est pour Sergio Rico (le second gardien de l’équipe, qui vient de perdre son père) et sa famille. Il a tout mon soutien.« 

 

lire plus

VIDÉOS CONFINEMENT

5 films hors palmarès

Artspiin propose 5 films hors palmarès du Festival de Cannes

Dernière vidéo de cette série « façon confinement » du mois de mai pour parler du « Festival de Cannes ».

Aujourd’hui une sélection de 5 films des 5 dernières années qui ont le point commun… d’être passé totalement à côté du palmarès… et pourtant ! Des films à voir en DVD ou VOD bien évidemment…

 

lire plus

Un certain regard… en 5 films

Une « vidéos confinement » de plus, troisième de cette série de mai « Festival de Cannes ». Aujourd’hui une sélection de 5 films provenant de la sélection « Un certain regard ». À voir en DVD ou VoD bien évidemment…

lire plus

7 films palmés !


Dans le cadre de mes « vidéos confinement », et en ce mois de mai pendant lequel devait se dérouler le Festival de Cannes, je vous propose quelques films en lien avec le Festival. Cette semaine, une sélection de 7 films qui ont reçu la palme d’or.

lire plus

DIVERS

Un pêcheur qui pêchait… au carrelet de pied

Un pêcheur qui pêchait… au carrelet de pied


Retour en vidéos et photos sur un merveilleux moment de pêche, cet été, comme je les aime, au « carrelet de pied » aux Boucholeurs en Charente-Maritime, au cœur des magnifiques parcs ostréicoles, et avec un paysage extraordinaire tout autour de moi (les îles de Ré, Aix, Oléron… Châtelaillon… La Rochelle…).

Je dois être l’un des rare encore à la pratiquer dans la région. Pas vu d’autre pêcheurs l’utiliser depuis plusieurs années… Une pêche traditionnelle et extrêmement sportive, hélas délaissée. Le carrelet continue de servir comme engin de pêche dans le marais ou monté sur les pontons en bordure d’océan ou d’estuaire. 

lire plus

SPIRITUALITÉ

George Liele… l’apôtre noir

L’une des figures les plus significatives de l’histoire des missions chrétiennes est un esclave géorgien affranchi nommé George Liele. Même si William Carey peut être considéré comme le père du mouvement missionnaire moderne, George Liele a quitté l’Amérique et a implanté l’évangile en Jamaïque dix ans avant que Carey ne quitte l’Angleterre.

Conversion et premier ministère

George Liele est né en esclavage en Virginie en 1750, mais a été rapidement conduit en Géorgie. Il est venu au Christ en 1773, à l’âge de vingt-trois ans, et a été baptisé par le révérend Matthew Moore du comté de Burk. Quelque temps après la conversion de Liele, son propriétaire, Henry Sharp, qui était diacre baptiste, a donné à Liele sa liberté pour qu’il puisse poursuivre l’appel de Dieu sur sa vie. Après sa conversion, Liele a prêché pendant deux ans dans les quartiers d’esclaves des plantations entourant Savannah (Géorgie) et en Caroline du Sud.

En raison de sa fidélité et de sa puissante prédication de la Parole, beaucoup ont confié leur vie au Christ. George Liele a été ordonné le 20 mai 1775, devenant ainsi le premier prédicateur baptiste afro-américain en Amérique. Après son ordination, il a implanté la première Église baptiste afro-américaine en Amérique du Nord, une Église qui existe encore aujourd’hui.

lire plus

Réflexion théologique… vers les étoiles

Le titre du nouveau film de James Gray, « Ad Astra », est tiré d’une locution latine « Sic itur ad astra » signifiant « C’est ainsi que l’on s’élève vers les étoiles ». L’idéal finalement pour n’importe quelle histoire de science-fiction ou plus précisément d’odyssée spatiale… mais ici, ce sens prend une orientation encore plus particulièrement appropriée et savoureuse avec cet excellent film parabolique qui est, de surcroit, l’un des plus intéressants de l’année d’un point de vue théologique.

lire plus

SOCIÉTÉ

Sundown Towns… attention : Nuits blanches !


L’excellente série à voir sur OCS, Lovecraft Country (vous pouvez retrouver ma critique ici), a choisi de construire une partie de son premier épisode dans le comté d’Ardham surnommé coucher de soleil. Si Atticus (Jonathan Majors), George (Courtney B. Vance) et Letitia (Jurnee Smollett) affrontent des bêtes monstrueuses, les parties les plus troublantes de la série se situent, sans aucun doute, lorsqu’ils sont confrontés à la haine, à la violence et à la discrimination, en particulier de la part des forces de l’ordre, ce qui est précisément le cas dans l’épisode d’ouverture. Mais que sont donc ces fameuses villes évoquées par la série et ont-elles existées ?

lire plus

Une statue pour Rosa

Une nouvelle statue de Rosa Parks, pionnière des droits civiques, a été dévoilée ce dimanche 1er décembre 2019, dans le centre-ville de Montgomery, à l’occasion du 64e anniversaire de son refus historique de céder sa place dans un bus public à un homme blanc.
Ce même jour, en 1955, Rosa Parks, une femme noire de 42 ans, est arrêtée pour avoir refusé de céder sa place à un blanc dans un bus de la ville de Montgomery, en Alabama (États-Unis). Comme d’autres avant elle, elle refuse de se conformer à la politique du separate but equal (« séparés mais égaux ») en vigueur depuis l’arrêt Plessy de 1896. Ed Nixon, responsable du bureau local de la NAACP (National association for the advancement of colored people), où Rosa Parks travaille comme secrétaire, prend contact avec l’avocat Clifford Durr. Ils font libérer la jeune femme et celle-ci accepte de devenir la figure de proue emblématique du collectif « Montgomery Improvement association ». Le pasteur baptiste Martin Luther King (âgé de 26 ans à l’époque), qui anime ce collectif, lance dès lors le boycott de la compagnie d’autobus. Les noirs de Montgomery choisissent donc jour après jour de marcher plutôt que de prendre l’autobus. Privée de recettes, la compagnie doit rendre les armes et met fin à la ségrégation dans ses autobus. Mais l’affaire n’en reste pas là et prend très vite une ampleur nationale car les dirigeants du mouvement noir font aussi appel auprès de la cour fédérale de l’Alabama afin de clamer le caractère inconstitutionnel de la ségrégation raciale dans les transports publics. Ils remportent une première victoire avec la condamnation de la ségrégation raciale dans les bus par la Cour suprême de l’Alabama, le 5 juin 1956. La décision est confirmée le 5 décembre par la Cour Suprême des États-Unis. Le 20 décembre 1956, enfin assurés de leur victoire, les noirs de Montgomery mettent fin à 381 jours de boycott et remontent dans les bus. Même si depuis quelques temps des initiatives ont initier un mouvement, c’est véritablement le début d’une longue lutte non-violente pour l’intégration des noirs dans la société américaine.
lire plus

A DECOUVRIR !

——————————–

——————————–

NOS PARTENAIRES

 

 

 

A DECOUVRIR ! Parole du cinéma

Cinéma : les films à ne pas manquer en octobre

The place, Billie, Drunk, Michel-Ange… Toute l’actualité ciné avec Jean-Luc Gadreau, journaliste et blogueur.

 

SISTER SOUL

 

Découvrez le dernier livre de JL Gadreau

Sister Saul de JL Gadreau

NOUVEAU ! « Je confine en paraboles »

Chaque jour à 7h45 , pendant ce temps de confinement, je vous propose ma minute-vidéo « Je confine en parabole »… histoire de bien démarrer la journée.
Que celui qui a des oreilles…

Catégories

Archives

MES SONS

 

Bienvenue sur ArtSpi’in
où j’espère vous retrouver le plus régulièrement possible

 

Sur le blog de Jean-Luc Gadreau… pas de prise de tête, mais au contraire une volonté de se brancher simplement et authentiquement sur la vie, les arts, le sport, la culture, la spiritualité pour apaiser des maux de tête que notre existence peut provoquer bien souvent…

Je vous partagerai mes coups de cœur (cinéma en particulier), parfois mes colères, mes questionnements, mes curieuses idées et un peu de mes activités (très « plurielles »… vous vous en apercevrez rapidement !).

 

 

A DECOUVRIR !

——————————–

——————————–

NOS PARTENAIRES

 

 

 

A DECOUVRIR ! Parole du cinéma

Cinéma : les films à ne pas manquer en octobre

The place, Billie, Drunk, Michel-Ange… Toute l’actualité ciné avec Jean-Luc Gadreau, journaliste et blogueur.

 

SISTER SOUL

 

Découvrez le dernier livre de JL Gadreau

Sister Saul de JL Gadreau

NOUVEAU ! « Je confine en paraboles »

Chaque jour à 7h45 , pendant ce temps de confinement, je vous propose ma minute-vidéo « Je confine en parabole »… histoire de bien démarrer la journée.
Que celui qui a des oreilles…

Catégories

Archives

MES SONS

JE CONFINE EN PARABOLES

Je confine en paraboles

Nouvelle rubrique !

Chaque jour à 7h45 (ici et 8h ailleurs), pendant ce temps de confinement, je vous propose ma minute-vidéo « Je confine en parabole »… histoire de bien démarrer la journée.
Que celui qui a des oreilles…

lire plus

VIDÉOS CONFINEMENT

5 films hors palmarès

Artspiin propose 5 films hors palmarès du Festival de Cannes

Dernière vidéo de cette série « façon confinement » du mois de mai pour parler du « Festival de Cannes ».

Aujourd’hui une sélection de 5 films des 5 dernières années qui ont le point commun… d’être passé totalement à côté du palmarès… et pourtant ! Des films à voir en DVD ou VOD bien évidemment…

 

lire plus

DIVERS

 
Un pêcheur qui pêchait… au carrelet de pied

Un pêcheur qui pêchait… au carrelet de pied


Retour en vidéos et photos sur un merveilleux moment de pêche, cet été, comme je les aime, au « carrelet de pied » aux Boucholeurs en Charente-Maritime, au cœur des magnifiques parcs ostréicoles, et avec un paysage extraordinaire tout autour de moi (les îles de Ré, Aix, Oléron… Châtelaillon… La Rochelle…).

Je dois être l’un des rare encore à la pratiquer dans la région. Pas vu d’autre pêcheurs l’utiliser depuis plusieurs années… Une pêche traditionnelle et extrêmement sportive, hélas délaissée. Le carrelet continue de servir comme engin de pêche dans le marais ou monté sur les pontons en bordure d’océan ou d’estuaire. 

lire plus

CINÉMA

 

Minari… trouver ma source

En route vers les Oscars 2021 Minari interroge le rêve américain dans une histoire simple et différente de ce que le cinéma nous a livré sur le sujet, transpirant d’authenticité sans en faire un récit banal, mais au contraire en y apportant une dimension universelle...

lire plus

Judas and the Black Messiah… racisme et trahison

En route pour les Oscars 2021 Deux jours avant la cérémonie des Oscars où il est l’un des favoris, le film Judas and the Black Messiah, zappe une sortie classique en salles pour une première diffusion exclusive directement sur Canal+ Cinéma. Un premier long-métrage...

lire plus

Sound of Metal… une immersion bouleversante

En route vers les Oscars 2021 Dans mes critiques des films en lice pour les Oscars 2021, quelques mots sur le remarquable premier long-métrage de Darius Marder, Sound of Metal, qui suit un jeune batteur de rock américain et toxicomane en voie de guérison qui perd...

lire plus

SOCIÉTÉ

Sundown Towns… attention : Nuits blanches !


L’excellente série à voir sur OCS, Lovecraft Country (vous pouvez retrouver ma critique ici), a choisi de construire une partie de son premier épisode dans le comté d’Ardham surnommé coucher de soleil. Si Atticus (Jonathan Majors), George (Courtney B. Vance) et Letitia (Jurnee Smollett) affrontent des bêtes monstrueuses, les parties les plus troublantes de la série se situent, sans aucun doute, lorsqu’ils sont confrontés à la haine, à la violence et à la discrimination, en particulier de la part des forces de l’ordre, ce qui est précisément le cas dans l’épisode d’ouverture. Mais que sont donc ces fameuses villes évoquées par la série et ont-elles existées ?

lire plus

Une statue pour Rosa

Une nouvelle statue de Rosa Parks, pionnière des droits civiques, a été dévoilée ce dimanche 1er décembre 2019, dans le centre-ville de Montgomery, à l’occasion du 64e anniversaire de son refus historique de céder sa place dans un bus public à un homme blanc.
Ce même jour, en 1955, Rosa Parks, une femme noire de 42 ans, est arrêtée pour avoir refusé de céder sa place à un blanc dans un bus de la ville de Montgomery, en Alabama (États-Unis). Comme d’autres avant elle, elle refuse de se conformer à la politique du separate but equal (« séparés mais égaux ») en vigueur depuis l’arrêt Plessy de 1896. Ed Nixon, responsable du bureau local de la NAACP (National association for the advancement of colored people), où Rosa Parks travaille comme secrétaire, prend contact avec l’avocat Clifford Durr. Ils font libérer la jeune femme et celle-ci accepte de devenir la figure de proue emblématique du collectif « Montgomery Improvement association ». Le pasteur baptiste Martin Luther King (âgé de 26 ans à l’époque), qui anime ce collectif, lance dès lors le boycott de la compagnie d’autobus. Les noirs de Montgomery choisissent donc jour après jour de marcher plutôt que de prendre l’autobus. Privée de recettes, la compagnie doit rendre les armes et met fin à la ségrégation dans ses autobus. Mais l’affaire n’en reste pas là et prend très vite une ampleur nationale car les dirigeants du mouvement noir font aussi appel auprès de la cour fédérale de l’Alabama afin de clamer le caractère inconstitutionnel de la ségrégation raciale dans les transports publics. Ils remportent une première victoire avec la condamnation de la ségrégation raciale dans les bus par la Cour suprême de l’Alabama, le 5 juin 1956. La décision est confirmée le 5 décembre par la Cour Suprême des États-Unis. Le 20 décembre 1956, enfin assurés de leur victoire, les noirs de Montgomery mettent fin à 381 jours de boycott et remontent dans les bus. Même si depuis quelques temps des initiatives ont initier un mouvement, c’est véritablement le début d’une longue lutte non-violente pour l’intégration des noirs dans la société américaine.
lire plus

CULTURE

Heavy Sun… une expérience lumineuse !


À 69 ans, l’artiste et producteur québécois Daniel Lanois, vient de sortir son nouvel album Heavy Sun, avec un désir clairement exprimé : remonter le moral des gens par sa musique, comme un outil de résilience. Mission accomplie et même bien au-delà car nous avons ici une vraie pépite artistique dans un trip space-gospel imprégnée d’une intense ferveur spirituelle, tempérée par des rythmes reggae, des touches d’électronique, des textures riches et l’engagement profond de tous les participants.

lire plus

Chanter sa foi… malgré tout


À quelque chose malheur est bon, dit une maxime populaire, même si l’application est parfois bien difficile… Pourtant, si la COVID-19 a mis à l’arrêt un grand nombre d’entre nous, et d’artistes notamment, elle a su aussi devenir pour certains un temps pour créer autrement. C’est aussi, avec elle, l’occasion parfois de revenir à des choses essentielles de l’existence humaine, de (re)découvrir, par exemple, au cœur de sillons anciens de nos vies, des graines de foi qui ont pu y être semées. La preuve par l’exemple avec deux artistes américains, mainstream comme on dit, qui viennent de sortir un album pour exprimer leur foi en Christ dans ce temps de turbulence mondiale.

lire plus

The Flight Attendant… Attachez vos ceintures !

Embarquement possible, quasi immédiat, à bord d’une série purement géniale. Car le 27 avril débarque, sur Warner TV, The Flight Attendant, pour le meilleur et pour le rire… mais aussi beaucoup d’autres choses passionnantes et parfois inattendues qui surgissent au gré de ses 8 épisodes.

Disons-le tout de suite, The Flight Attendant est une série sinueuse par son scénario, non conventionnelle, émotionnellement forte, parfois troublante et follement divertissante. Alors, si déjà avec ça vous n’êtes pas convaincu ?… Oui, c’est un vrai coup de cœur personnel qui m’a fait avaler les 8 épisodes comme si de rien n’était, pris par le rythme, l’ambiance, le suspense et sa qualité globale cinématographique. Tout commence comme un chapitre d’une nouvelle histoire de Bridget Jones qui serait devenue hôtesse de l’air… pour rapidement se transformer en un thriller décapant fait d’espionnage et de rebondissements, mais aussi nourri d’une dimension psychologique passionnante sans perdre aucunement sa pertinence souriante initiale. La série a ainsi su trouver un équilibre parfait entre tous ces angles parfois opposés avec un aplomb incroyable, mettant en valeur une distribution merveilleusement diversifiée qui apporte le meilleur jeu possible à chaque scène. Du grand art sur petit écran !

lire plus

SPIRITUALITÉ

 « Amen » et « Awomen »… la bonne blague !

Réagir avec humour à la polémique qui secoue les États-Unis… chiche ?! Lors de la prière à l’ouverture du Congrès le 3 janvier, un député démocrate a fini son intervention par un « amen »… suivi d’un audacieux inclusif « awomen ».

Nous voilà bien ! Si maintenant les américains commencent à faire de l’humour avec Dieu… on n’est pas sorti de l’auberge. Ou de la crèche puisque les établissements recevant du public sont souvent fermés de nos jours. On pourrait éventuellement se réfugier dans une Église restée ouverte, me direz-vous. Mais je m’égare, alors que je n’ai même pas encore vraiment commencé…

Voici donc l’objet du scandale.

Lors de la traditionnelle prière qui ouvre la session parlementaire du Congrès américain, ce dimanche 3 janvier, le député démocrate Emmanuel Cleaver, également pasteur méthodiste (oui, je sais… on est de l’autre côté de l’Atlantique), s’est un peu emballé ou embourbé. C’est comme vous voulez.

Celui dont le prénom veut dire « Dieu avec nous » a commencé par des paroles tout en profondeur, demandant à Dieu la paix et une forme de guérison communautaire – ce qui n’est sans doute pas une mauvaise idée dans le climat actuel américain. Puis donc, DieuAvecNous a fait tomber le « couperet »* sur sa prière en associant Dieu à Brahma (non… pas la grosse poule américaine éponyme, mais la trinité hindouiste). Sans s’arrêter, il a continué en y mêlant tous les dieux qui nous passent par la tête ! J’ai privilégié ici volontairement la minuscule au « D » en capitale pour ne pas vous offusquer… un simple jeu de « d » et pourtant, point de hasard dans tout cela.

lire plus

George Liele… l’apôtre noir

L’une des figures les plus significatives de l’histoire des missions chrétiennes est un esclave géorgien affranchi nommé George Liele. Même si William Carey peut être considéré comme le père du mouvement missionnaire moderne, George Liele a quitté l’Amérique et a implanté l’évangile en Jamaïque dix ans avant que Carey ne quitte l’Angleterre.

Conversion et premier ministère

George Liele est né en esclavage en Virginie en 1750, mais a été rapidement conduit en Géorgie. Il est venu au Christ en 1773, à l’âge de vingt-trois ans, et a été baptisé par le révérend Matthew Moore du comté de Burk. Quelque temps après la conversion de Liele, son propriétaire, Henry Sharp, qui était diacre baptiste, a donné à Liele sa liberté pour qu’il puisse poursuivre l’appel de Dieu sur sa vie. Après sa conversion, Liele a prêché pendant deux ans dans les quartiers d’esclaves des plantations entourant Savannah (Géorgie) et en Caroline du Sud.

En raison de sa fidélité et de sa puissante prédication de la Parole, beaucoup ont confié leur vie au Christ. George Liele a été ordonné le 20 mai 1775, devenant ainsi le premier prédicateur baptiste afro-américain en Amérique. Après son ordination, il a implanté la première Église baptiste afro-américaine en Amérique du Nord, une Église qui existe encore aujourd’hui.

lire plus

SPORT

Keylor Navas… Grâce à Dieu !

Ce mercredi 10 mars 2021 se souviendra longtemps des nouveaux exploits du phénoménal gardien de but costaricien du Paris St Germain, Keylor Navas, un sportif marqué par la grâce. Il a été clairement somptueux dans un match au Parc des Princes où le PSG n’a pas brillé mais assuré l’essentiel, une nouvelle qualification en quart de finale de finale de Champions League face au Barça, qu’ils avaient humilié lors du match aller au Camp Nou sur le score de 1-4.

Auteur de neuf arrêts, Navas a été déterminant permettant aux Parisiens de préserver le nul contre le FC Barcelone (1-1) mercredi soir. Trois parades face à Dembélé (11e, 19e, 35e), un sauvetage divin face à Dest (21e) puis deux sur des tirs de Busquets (42e, 62e) sans oublier évidemment l’arrêt incroyable du penalty de la star argentine du Barça Lionel Messi (45e+1), viennent résumer la prestation de celui qui est devennu le héros parisien de ce match. Les réactions sont unanimes pour saluer l’homme en vert. Ses partenaires tout d’abord, comme le capitaine Marquinhos « Il faut savoir tenir dans les moments difficiles. C’est ce que nous avons su faire. Avec l’aide de notre grand gardien qui a fait la différence », ou par les mots de Marco Verratti replaçant le joueur dans une carrière déjà remarquable « Keylor a montré ça plusieurs fois dans sa carrière, il a gagné trois Ligues des champions avec le Real Madrid. Ce soir, il a démontré que c’est un grand gardien. On est heureux de l’avoir ici à Paris ». Le nouvel entraîneur du PSG Mauricio Pochettino, pour sa part, précise qu’« Il a démontré une fois encore toutes ses qualités et rappelé qu’il était un top gardien mondial. ». Même du côté catalan, pourtant sous le coup de cette première élimination à ce stade de la compétition depuis quatorze ans, les éloges étaient de rigueur. Et quant à Navas, c’est avec humilité et bienveillance qu’il se positionne : « Je suis très content. Merci à Dieu ! C’était un match difficile. Le pénalty ? C’est toujours difficile, surtout face à Messi. Grâce à Dieu, je suis resté concentré et ça nous donne beaucoup de joie à tous. Ce penalty est pour Sergio Rico (le second gardien de l’équipe, qui vient de perdre son père) et sa famille. Il a tout mon soutien.« 

 

lire plus